Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Grèce : l’austérité engendre... l’austérité

La rédaction
visites
656

Tandis que la dette publique gonfle à toute vitesse sur le dos du peuple grec et que la misère y fait des ravages, la Troïka (UE, BCE, FMI) a décidé d’en rajouter une couche en demandant le licenciement de 11 000 employés supplémentaires de la fonction publique en 2014.

Dans sa grande magnanimité, l’UE a accepté de financer un audit global du service public, afin de déterminer qui seront les heureux élus qui perdront leur emploi.

Et la situation va encore s’empirer lorsque les nouvelles exigences de la Troïka seront mises à exécution : la liquidation des entreprises industrielles d’Etat, dont les Systèmes de défense helléniques (EAS) et l’Industrie hellénique de véhicules (ELVO). Cette dernière est la seule société de production de véhicules motorisés en Grèce, où sont assemblés des camions militaires et des bus afin de diminuer les coûts. EAS est quant à elle une firme d’importance stratégique, spécialisée dans les technologies militaires de pointe.

La Troïka a réaffirmé ses exigences draconiennes en réponse à la proposition du gouvernement grec de simplement réorganiser les entreprises plutôt que de les liquider. Ceci fait partie de l’évaluation de la Troïka concernant le budget de 2014 du pays, estimant que celui-ci était « irréaliste » et qu’il fallait l’amputer encore plus.

Au moment où le parlement français débat lui aussi du budget de la France pour l’année 2014, (incluant la baisse des dotations aux collectivités territoriales ainsi que l’insidieux article 60 par lequel l’Etat veut désarmer les victimes des emprunts toxiques), une chose devrait être claire, à la lumière des événements grecs : dans un monde dominé par la spéculation financière, l’austérité ne peut qu’engendrer l’austérité.

Dites non à l’article 60 ! Signez vite la pétition !

Contactez-nous !