Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Hausse de l’opinion publique américaine pour la destitution d’Obama

La rédaction
visites
505

Un sondage du Huffington Post montre que le sentiment national en faveur d’une destitution du président Obama a atteint 35 % de la population américaine, 66 % parmi les républicains, 34 % chez les indépendants et 16 % pour les démocrates.

Le sondage a été effectué après qu’un institut de sondage texan a affirmé que 67 % des républicains étaient favorables à la destitution. Le Huffington Post a voulu vérifier l’exactitude des résultats et voir si les questions demandées pouvaient affecter la réponse des électeurs.

Les résultats obtenus sont les mêmes à l’échelle nationale si on demande aux électeurs s’ils sont favorables à la destitution, mais ils diffèrent quelque peu selon la question demandée. Ainsi 51 % au total pensent que le « président devrait être destitué », tandis que 49 % estiment qu’il « n’existe pas suffisamment de preuves de criminalité pour justifier la destitution » (le terme criminalité utilisé ici étant moins fort que la notion de « haute trahison » nécessaire pour justifier la destitution).

La population noire américaine fait également preuve d’une exaspération accrue à l’égard du président, comme le montre une diatribe le 25 janvier du député démocrate Alcee L. Hastings, membre du Caucus des élus noirs américains (CBC), à la convention annuelle de l’Association des éditeurs de la presse noire-américaine (National Newspaper Publishers Association, NNPA).

Hastings, qui est également un ancien juge fédéral, a expliqué que le CBC avait fait parvenir au Président une liste de 61 candidats soigneusement sélectionnés pour faire partie de la seconde administration Obama, critiquée d’être trop lourdement représentée par des blancs, mais qu’aucun n’avait été choisi. « Pas un seul » a-t-il insisté.

Il a également rappelé qu’Obama avait dépensé, sur un total d’un milliard de dollars, un « seul » million en publicité (0,1%) dans les journaux de la communauté noire américaine au cours de sa dernière campagne électorale.

Contactez-nous !