Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Helga Zepp-LaRouche : « Mme la chancelière Merkel, démissionez ! »

visites
818
JPEG - 43.5 ko
Helga Zepp-LaRouche.
Crédit : Institut Schiller

Dans un article daté du 3 juillet (soit deux avant le référendum grec du dimanche 5 juillet 2015), Helga Zepp-LaRouche fustige Angela Merkel pour sa « réussite spectaculaire dans la destruction de la démocratie ».

Quel que soit le résultat du référendum en Grèce, écrivait-elle, les soi-disant ’’institutions’’ de l’UE, ainsi que la chancelière Merkel et son ministre des Finances Schäuble dont la politique est aussi dictatoriale qu’incompétente, ont infligé des dommages irréparables à la démocratie et à la condition humaine, à l’idée d’une Europe unie et à l’image de l’UE dans le monde entier, tout en raccourcissant considérablement l’espérance de vie de l’euro.

Pour conjurer d’autres malheurs pour l’Allemagne et l’Europe, la démission immédiate de la chancelière Merkel et son remplacement à la chancellerie par une personne ne poursuivant pas la politique de l’oligarchie financière est une question existentielle pour l’ensemble du continent.

D’une source sure, nous avons appris que Mme Merkel a récemment reçu un appel d’un responsable de haut niveau aux Etats-Unis, qui a tenté de lui faire comprendre que la crise en Grèce ne peut être surmontée qu’à condition d’une réduction drastique de ses dettes suivant le modèle de la conférence de la dette de 1953 pour l’Allemagne. Merkel aurait répondu laconiquement que les Grecs devaient voter ’’oui’’ dimanche [5 juillet], pour signaler la fin du gouvernement Tsipras et le problème serait résolu.

Le monde entier, même sans de telles informations confidentielles, a vu qu’à Bruxelles, Berlin et Francfort on visait si brutalement un changement de régime à Athènes que cela a coupé le souffle à bien des observateurs. Le monde s’est presque habitué au changement de régime comme objectif politique comme on l’a vu avec Saddam Hussein, Kadhafi, Ianoukovytch ou Poutine. Mais contre un Etat membre de l’UE, et contre le pays qui représente le berceau de la démocratie ? Que le gouvernement Tsipras eut osé gagner une élection démocratique contre les diktats de la Troïka, et fait la tentative inouïe de mettre en oeuvre le mandat des électeurs, n’est pas envisagé dans cette UE.

Selon de nouvelles révélations dans Wikileaks, obtenues à partir des écoutes de la NSA, Merkel elle-même avait expliqué à ses collaborateurs en 2011 que la Grèce ne pourrait pas respecter ses paiements sur la dette. Mais Merkel et tous les autres ont accepté l’arnaque du plan de sauvetage, dont les bénéficiaires étaient à 90 % les banques européennes.

Zepp-LaRouche rappelle aussi que l’UE a pratiquement interdit des consultations populaires sur tout ce qui concerne le projet européen, comme l’avait déclaré le président français d’alors Nicolas Sarkozy au Parlement européen en novembre 2007, de peur que le résultat soit contraire aux desseins de l’oligarchie.

Or, le gouvernement d’Alexis Tsipras a refusé de jouer le jeu. Et, nous pouvons ajouter qu’il a remporté une victoire éclatante.

Si l’UE continue sur cette voie, prévient Zepp-LaRouche, elle détruira tout ce qui est cher à l’Europe, sa culture, ses valeurs et en fin de compte elle-même. Toutefois, il existe une alternative, qui consiste à accepter l’offre de coopération « gagnant gagnant » avec la Chine et les BRICS.

Contactez-nous !