www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Glass-Steagall

Hillary Clinton parlant au personnel des banques de Wall Street ? « On croyait entendre le patron de Goldman Sachs »

La rédaction
732 visites
JPEG - 71.6 ko
JPEG - 51.1 ko
Nouvelle Solidarité N°2/2016 - S’abonner.

Un article du Huffington Post du 15 avril jette une lumière particulièrement intéressante sur les discours de Hillary Clinton en 2013, payés 250 000 dollars chacun, devant les employés et les cadres de la banque d’affaires new-yorkaise Goldman Sachs.

Les citations des membres de l’assistance donnent une idée très claire des raisons pour lesquelles Hillary Clinton s’est autant battue pour ne pas avoir à révéler leur contenu.

Employé n°1 de Goldman Sachs : « [Son intervention] cirait clairement les bottes de [Goldman Sachs]. C’est tellement éloigné de ses déclarations en tant que candidate aujourd’hui. C’était un panégyrique. On croyait entendre un membre de l’équipe de direction de Goldman Sachs. »

Employé n°2 de Goldman Sachs : « Dans cet environnement, [ce qu’elle nous a dit à Goldman Sachs] pouvait être très mal interprété. »

Cadre n°1 de Goldman Sachs : « Sur les raisons de la crise financière de 2008, Mme Clinton n’a mis en cause ni les banquiers ni d’ailleurs aucun autre groupe. Au lieu de quoi elle a dit : "On est tous dans le même bateau, c’est donc ensemble qu’on doit s’en sortir". »

Selon d’autres participants cités par le Wall Street Journal : « Elle n’a pas abordé souvent le sujet de la crise financière, mais lorsqu’elle l’a fait, ça a toujours été très gentil. Plusieurs fois, elle a remercié l’auditoire pour ce qu’il avait fait pour le pays. L’un des auditeurs a trouvé exubérante la chaleur avec laquelle Mme Clinton a salué des invités. Elle a été très gentille avec le monde financier. »

Employé n°3 de Goldman Sachs : « Elle donnait l’impression de quelqu’un qui se gardait bien de médire sur nous, mais voulait plutôt nous remettre sur les rails du business. Genre, peut-être bien que c’est vous qui allez nous sortir du bois. »

Selon des participants sollicités par Politico : « Clinton a servi un message lénifiant aux ploutocrates présents, en déclarant que le "banque-bashing" tant en vogue dans les deux partis politiques était contre-productif, voire irréfléchi. Adoptant un ton rassurant sur la crise financière globale, elle a déclaré à l’auditoire : "On s’y est tous fourrés ensemble, et il va bien falloir qu’on travaille ensemble pour s’en sortir" ».

L’article du Huffington Post s’intitule « La teneur des discours d’Hillary chez Goldman Sachs pourraient mettre un terme à sa candidature ».

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet