www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Guerre

Inquiet du danger de guerre, un journaliste allemand avoue avoir menti sur Poutine

La rédaction
2116 visites
JPEG - 23.8 ko

Udo Ulfkotte a quitté en 2003 son poste de rédacteur au Frankfurter Allgemeine Zeitung, un des journaux les plus prestigieux du pays.

Auteur et essayiste récompensé, éduqué à Londres, il est membre du German Marshall Fund et a fait partie de la Fondation Konrad Adenauer de 1999 à 2003.

Dans un entretien récent avec Russia Today, il révèle avoir été payé pendant de longues années par les services américains pour faire de la propagande de guerre pour les États-Unis et l’Union européenne.

Conscient que la fausse information peut aujourd’hui conduire à une guerre bien réelle, Ulfkotte a décidé de parler, notamment en publiant son livre, Gekaufte Journalisten – Wie Politiker, Geheimdienste und Hochfinanz Deutschlands Massenmedien lenken. (Journalistes achetés - Comment les politiciens et la finance dirigent les médias de masse.)

Son cas est loin d’être isolé et pourrait inciter d’autres « journalistes », y compris en France, à passer aux aveux. Il est temps.

Je suis journaliste depuis environ 25 ans, et j’ai été éduqué à mentir, à trahir et à ne pas dire la vérité au public. Mais en voyant ces derniers mois jusqu’à quel point les médias allemands et américains essayent de pousser la guerre en Europe et en Russie... c’est un point de non-retour. Je dois donc me lever pour dire que ce que j’ai fait dans le passé n’était pas juste : manipuler les gens, faire de la propagande contre la Russie ; et que ce que font ou ce qu’ont fait dans le passé mes collègues n’est pas juste non plus. Parce qu’ils sont soudoyés pour tromper les gens, pas seulement en Allemagne mais dans toute l’Europe.

La raison pour laquelle j’ai écrit ce livre est que je crains vraiment qu’ait lieu une nouvelle guerre en Europe, et je n’aime pas du tout cela. Car la guerre ne vient jamais d’elle-même, il y a toujours des gens derrière elle qui la poussent ; ce ne sont pas que des politiciens, ce sont aussi des journalistes.

J’ai écrit dans ce livre comment nous avons menti à nos lecteurs dans le passé, pour pousser la guerre. Je ne veux plus de cela, j’en ai assez de la propagande. Nous vivons dans une république banannière, où la liberté de la presse et les droits de l’homme n’existent pas. Si vous regardez les médias allemands, en particulier mes collègues qui écrivent chaque jour contre les Russes, ils font partie d’organisations transatlantiques et sont soutenus par les Etats-Unis pour agir ainsi. Des gens comme moi – je suis devenu citoyen honoraire de l’Etat de l’Oklahoma, aux Etats-Unis. Pourquoi ? Parce que j’écrivais d’un point de vue pro-américain. J’ai été soutenu par la Central Intelligence Agency (CIA). Pourquoi ? Parce que je devais être pro-américain. J’en ai assez et je ne veux plus faire cela.

J’ai écrit un livre non pas pour gagner de l’argent – j’aurai beaucoup d’ennuis – mais pour montrer à ce pays, à l’Allemagne, à l’Europe et au monde entier, leur donner un aperçu de ce qui se passe en coulisses.

Il y a de nombreux exemples. En vous plongeant dans vos archives, vous verrez qu’en mars 1988, les Kurdes d’Irak avaient été gazés avec du gaz empoisonné – c’est connu dans le monde entier. Mais en juillet 1988, j’ai été envoyé dans une ville appelée Zoubeidate, le long de la frontière entre l’Irak et l’Iran. C’était la guerre entre les deux pays. J’étais envoyé pour photographier comment les Iraniens avaient été empoisonnés par du gaz allemand – du gaz sarin et du gaz moutarde. Quand je suis revenu en Allemagne, il n’y avait dans le Frankfurter Allgemeine qu’une seule petite photo accompagnant un petit article, ne disant pas à quel point il était brutalement impressionnant, inhumain et terrifiant, des décennies après la Seconde Guerre mondiale, d’empoisonner des gens avec du gaz fabriqué en Allemagne. J’ai eu le sentiment d’avoir été abusé en ne pouvant que documenter ce qui avait été fait sans pouvoir montrer ce qui s’était passé en coulisse.

Jusqu’à aujourd’hui, il est méconnu du public que des centaines de milliers de personnes ont été gazées à Zoubeidate.

Vous demandez ce que j’ai fait pour les agences de renseignement ? La plupart des journalistes à l’étranger se disent journalistes ; ils pourraient être des journalistes, en Europe ou aux Etats-Unis, mais beaucoup d’entre eux, comme moi dans le passé, sont ce que l’on appelle des « couvertures non-officielles ». C’est le terme américain ; j’ai été un « couverture non-officielle ». Qu’est-ce que cela veut dire ? Vous travaillez pour une agence de renseignement, vous les aidez quand ils veulent que vous les aidiez, mais lorsque vous êtes démasqué, ils déclarent ne pas vous connaître – c’est cela, une « couverture non-officielle ». Je les ai donc aidés dans plusieurs situations et j’en ai honte, désormais. Comme j’ai honte d’avoir travaillé pour des journaux de très bonne réputation comme le FAZ, parce que j’étais soudoyé par des milliardaires, j’étais soudoyé par des Américains, pour ne pas relater exactement la vérité. Mais quand je me rendais à ces interviews, j’essayais d’imaginer ce qui se passerait si je rédigeais un article pro-russe dans le FAZ ! Je ne sais pas ce qui se serait passé, mais nous étions éduqués à rédiger des articles pro-européens, pro-américains, mais « s’il vous plaît ! pas pro-russes ! ». J’en suis vraiment désolé mais ce n’est pas ce que je considère être la démocratie ou la liberté de la presse.

Oui, je comprends très bien votre question. L’Allemagne est encore une sorte de colonie des États-Unis. On le voit dans le fait que la majorité des Allemands ne veut pas d’armes nucléaires dans leur pays mais que nous y avons quand même des armes nucléaires américaines. L’Allemagne est encore une sorte de colonie des Américains. Et comme nous sommes une colonie, il est très facile d’approcher de jeunes journalistes, par le biais d’organisations transatlantiques – c’est un point très important. Tous les journalistes de grands journaux, des magazines, des radios et des chaînes de télévision renommés et respectés en Allemagne, sont tous des membres ou des invités de ces organisations transatlantiques. Et là, les journalistes sont approchés. Personne ne vient pour vous dire : « je fais partie de la CIA, aimeriez-vous travailler pour nous ? » Non ! Ce n’est pas comme cela que les choses se passent. Ces organisations vous invitent aux Etats-Unis, financent vos dépenses, etc. Donc on vous soudoie, et vous devenez corrompu. Ils font de bons contacts, et vous ne saurez pas que ces gens sont des couvertures non-officielles ou des gens travaillant officiellement pour la CIA ou d’autres agences américaines, donc vous sympathisez et vous coopérez avec eux. Ils vous demanderont : « Pourriez-vous me rendre tel ou tel service ? » En fréquentant ces gens, vous devenez de plus en plus lavés du cerveau.

Votre question était « est-ce le cas seulement pour les journalistes allemands ? » Non ! Je pense que c’est en particulier le cas avec les journalistes britanniques, puisqu’ils ont une relation bien plus étroite. C’est en particulier le cas des journalistes israéliens, des journalistes français – dans une moindre mesure qu’avec les journalistes allemands ou britanniques. C’est le cas des journalistes australiens et néo-zélandais. C’est le cas de Taïwan. Avec beaucoup de journalistes du monde arabe, comme la Jordanie, comme le sultanat Oman. Il y a beaucoup de pays où cette pratique a lieu, où les gens prétendent être respectables mais qui en fait ne sont que des marionnettes de la CIA.

(...) Je voudrais vous donner un exemple. Parfois, les gens de la CIA vient dans votre bureau et vous demande d’écrire un article. Je vous donne un exemple, pas celui d’un journaliste étranger mais personnel. J’ai juste oublié l’année. Je me souviens que les renseignements extérieurs allemands, le Bundesnachrichtendienst (BND), qui n’est qu’une organisation sœur de la CIA, fondée par la CIA. Donc un jour, le BND est venu à mon bureau du Frankfurter allgemeine à Francfort, et il voulait que j’écrive un article sur la Libye et le colonel Mouammar Kadhafi. Je n’avais absolument aucune information secrète sur Kadhafi et la Libye, mais ils m’en ont fourni et voulaient simplement que je signe l’article de mon nom. Je l’ai fait. Mais c’est un article paru dans le FAZ qui provient du BND.

Pensez-vous que ce soit vraiment du journalisme, une agence de renseignement extérieur qui écrit un article ? Oui, j’ai partiellement reproduit l’article dans une note de mon livre. L’article s’intitulait Comment la Libye et Mouammar Kadhafi essaient en secret de construire une fabrique de gaz empoisonné à Rapta, je pense que c’était le nom de la ville. C’est une histoire qui a été reprise dans le monde entier deux jours après. Mais je n’avais aucune information sur cela, c’est le BND qui a voulu que j’écrive l’article, mais le journalisme ne devrait pas permettre qu’une agence de renseignement dise ce qui peut être écrit et ce qui ne peut pas l’être.

Si j’avais refusé, je peux vous vous donner un très bon exemple de ce qui se serait passé. Nous avons en Allemagne une unité de secours avec des hélicoptères pour les accidents de la circulation routière. Ils s’appellent eux-mêmes « les Anges jaunes ». Il y avait un pilote du service des hélicoptères qui ne voulait pas coopérer en devenant une couverture non-officielle du BND. Et bien il a perdu son travail ! Et la cour de justice a donné raison [au BND], estimant que l’on ne pouvait pas faire confiance à cet homme ! Donc je savais ce qu’il se passerait si je refusais de coopérer.

A six reprises ma maison a fait l’objet de descentes [de police] parce que j’étais accusé par le procureur allemand de fuiter des secrets d’Etat. Ils espéraient que je ne le referai jamais mais je pense qu’il vaut la peine que la vérité finisse par sortir, elle ne mourra pas. Je me fiche de ce qui peut m’arriver, j’ai déjà eu trois attaques cardiaques, je n’ai pas d’enfant et je pense que s’ils me traînent devant les tribunaux et qu’ils me mettent en prison, cela en vaut la peine, pour la vérité.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet