Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Au Texas, Kesha Rogers se qualifie pour le deuxième tour des primaires démocrates

La rédaction
visites
502
JPEG - 23.3 ko

La candidate démocrate larouchiste Kesha Rogers participera au deuxième tour de la primaire du Parti démocrate pour le Sénat américain le 27 mai prochain, où elle affrontera le millionnaire ex-républicain devenu partisan d’Obama David Alameel.

Rogers a désormais retenu l’attention du pays entier en tant qu’afro-américaine appelant à la destitution de Barack Obama.

Une semaine avant l’élection primaire du 4 mars, Kesha Rogers se trouvait en tête dans les sondages, devançant son plus proche adversaire, Alameel, de 8 % en intentions de vote ; ce qui a amené la direction de Parti démocrate à lancer une vaste campagne de calomnies pour l’empêcher de remporter l’élection. Soulignons qu’Alameel a dépensé sur sa campagne 3,5 millions de dollars de ses propres deniers, sans compter les apports non comptabilisés de personnes travaillant pour le compte d’Obama et du Parti démocrate.

Au premier tour, Rogers a reçu 21,7 % des voix, soit plus de 110 000 votes, terminant deuxième sur un total de cinq candidats. Le taux de participation a été toutefois incroyablement faible, s’élevant à seulement 3,72 %.

De plus, le soir de l’élection, l’agence de presse Associated Press s’était même permise d’annoncer la victoire d’Alameel dès le premier tour, imputant ensuite cette grossière erreur à un mauvais décompte des voix dans un comté.

Contactée par le bureau de campagne de Rogers, l’AP n’a pas pu préciser de quel comté il s’agissait. Questionné sur les résultats de la primaire, l’économiste américain Lyndon LaRouche a dénoncé ce qu’il a qualifié de tentative de fraude à l’encontre de Rogers. La candidate a pour sa part estimé qu’elle avait remporté une grande victoire :

Nous avons fait notre travail, et il s’agissait de transformer la nature du débat politique. C’est ce que nous venons d’accomplir. La destitution d’Obama sera dorénavant le sujet principal de discussion. Il nous reste à terminer ce que nous avons commencé. Obama doit être destitué dès à présent. Nous devons tourner nos regards vers l’avenir, afin de construire pour les générations futures : il faut vaincre la crise associée à cette sécheresse dévastatrice sévissant au Texas et en Californie. L’idée est de transformer le pays avec une alliance entre le Texas et la Californie, en couplant ma campagne pour le Sénat des Etats-Unis à celle [de mon collègue larouchiste] Michael Steger pour la Chambre des représentants en Californie, autour du concept de NAWAPA (Alliance nord-américaine pour l’eau et l’énergie, un vaste programme d’investissement à l’échelle continentale en vue d’un transfert hydrologique du nord vers les régions arides du sud).

Concernant le deuxième tour du 27 mai prochain, Rogers a souligné que « bien des choses peuvent arriver au cours des onze prochaines semaines, pouvant faire basculer le vote en notre faveur. Nous avons déjà obtenu une victoire contre Wall Street, Obama et [la direction] du Parti démocrate. »

Elle a ajouté qu’en dépit de tous les efforts et les millions de dollars dépensés pour la contrer, rien que sa présence au second tour montre qu’il n’est pas nécessaire de dépenser beaucoup d’argent pour avoir un impact : « Ce que mon équipe de campagne a accompli a été d’ouvrir la voie à bien d’autres gens qui veulent un vrai changement, afin qu’ils se mettent au travail. Nous devons maintenant en finir avec Wall Street et Obama, en destituant le Président et en rétablissant la Loi Glass-Steagall pour une séparation stricte des banques. »

Contactez-nous !