www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

L’ambassadeur de France en Chine : « Les Français sous-estiment l’importance de la Nouvelle route de la soie »

La rédaction
1382 visites

Solidarité & Progrès, dès la chute du mur de Berlin, a dénoncé et combattu la confiscation du pouvoir mondial par une élite néo-libérale suicidaire gravitant autour des centres financiers de Wall Street et de Londres.

A la place de ce monde uni-polaire, il s’agissait pour nous de garantir la paix par le développement mutuel au service des buts communs de l’humanité.

Au cœur de l’initiative des BRICS, la Chine, en mobilisant des ressources importantes pour l’exploration spatiale, ainsi qu’en proposant au monde de s’associer au grand projet de Nouvelle route de la soie terrestre et maritime, a décidé de relever ce défi.

En France, l’idée qu’il s’agit là d’une occasion historique pour changer la donne au niveau mondial commence, enfin, à faire son chemin.

Après les prises de position de Jean-Pierre Raffarin et de David Gosset, et de Dominique de Villepin, nous publions ici les propos de Maurice Gourdault-Montagne, depuis six mois l’ambassadeur de France à Pékin, cités le 23 mars 2015 par le site chinois http://french.china.org.cn.

JPEG - 166.7 ko
L’ambassadeur de France en Chine Maurice Gourdault-Montagne.
Crédit : china.org.cn

Extraits d’une interview en chinois de Maurice Gourdault-Montagne

Lors de sa rencontre avec la presse le 15 mars, le Premier ministre Li Keqiang a exprimé son souhait de voir les entreprises et les citoyens chinois se développer internationalement.

L’ambassadeur de France en Chine a noté que « le Premier ministre Li Keqiang confirme ainsi la position adoptée par le président Xi Jinping lors de sa rencontre avec Manuel Valls en Chine en janvier 2015, soit le soutien des entreprises chinoises dans leurs investissements en France. »

A présent, la coopération sino-française est passée du commerce aux investissements chinois en France.

Selon M. Gourdault-Montagne :

L’investissement signifie la création en commun de l’avenir. A l’occasion de sa visite en Chine, le Premier ministre français a émis le message suivant au gouvernement et investisseurs chinois : la France ouvre la porte aux investissements chinois et crée des conditions favorables à cet égard.

Selon l’ambassadeur de France en Chine, « les investissements de type productif des entreprises chinoises se multiplient progressivement en France, avec la réussite de projets de coopération comme ceux de l’usine de production de lait en poudre Synutra en Bretagne et le rachat de l’aéroport de Toulouse en coopération avec le Canada ».

M. Zhai Jun, membre du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC) et ambassadeur de Chine en France, a déclaré durant les discussions de son groupe à la CCPPC que les entreprises chinoises qui investissent en France doivent opter pour une vision stratégique plutôt que s’intéresser uniquement à leurs intérêts immédiats. Ce point de vue est « entièrement partagé » par l’ambassadeur de France en Chine.

Selon lui :

Les entreprises chinoises ne doivent pas être spéculatives dans leurs investissements. Les véritables investissements signifient la création en commun de l’avenir. Ce qu’il faut faire sur le marché français connu pour sa stabilité, ses bases solides et son avenir assuré, c’est investir sur le long terme. Il est très important d’en prendre conscience.

Début mars, le taux de change de l’euro par rapport au yuan est tombé sous le seuil des sept yuans. L’ambassadeur de France en Chine n’a pas oublié d’appeler les investisseurs chinois à « saisir l’occasion présentée par la baisse de l’euro, car cela représente une occasion extrêmement rare pour investir en France ; l’Europe espérait depuis longtemps une baisse de l’euro pour stimuler la reprise économique. »

(...) En parallèle, la France souhaite un approfondissement continu du processus d’internationalisation du yuan. Le taux de règlement en yuans des échanges commerciaux sino-français a atteint 44 %, un record en Europe.

Fin avril, a révélé l’ambassadeur, la France émettra des obligations offshore de 3 milliards de yuans, l’équivalent de 400 millions d’euros, en vue de faire de Paris, en cherchant à réaliser l’internationalisation continue du yuan, un centre de règlement offshore en yuans.

Toujours selon l’ambassadeur, la France se félicite des investissements d’entreprises chinoises en France et entend travailler avec ces dernières pour investir à l’étranger. « La France, qui est située au cœur de l’Europe et capable de rayonner dans les pays méditerranéens, d’Afrique du Nord et de l’Ouest, possède des avantages géographiques uniques. Grâce à sa tradition de coopération avec ces pays, la France entend œuvrer, de concert avec ses partenaires chinois, pour investir dans ces régions », a déclaré l’ambassadeur.

L’ambassadeur a rappelé que les grands projets de coopération en cours entre la France et la Chine ont pour objectif de créer un modèle de partenariat sur les investissements dans un pays tiers, et que les deux pays s’efforcent de réaliser cet objectif sur le mode de coopération avancé par le gouvernement chinois. « Dans le monde d’aujourd’hui, caractérisé par la mondialisation économique, nous devons conjuguer nos efforts pour conquérir le marché », a-t-il affirmé.

Une ceinture, une route

Politique économique touchant plus de 70 pays, la stratégie de la Ceinture économique de la Route de la soie et de la Route de la soie maritime du 21e siècle lancée par le président Xi Jinping en 2014 intéresse de près l’ambassadeur de France en Chine, Maurice Gourdault-Montagne.

Pour lui :

Il s’agit d’une politique stratégique avec une vision de l’avenir, alors que les Français ne se rendent pas pleinement compte de son importance et des opportunités qu’elle peut apporter. D’une grande flexibilité, cette théorie s’applique à différents partenaires géopolitiques. Je pense que la France doit comprendre cette vision, s’adapter et en saisir les opportunités. Nous pourrons, par exemple, construire un chemin de fer à grande vitesse entre la Chine et Lyon, le terminus de la Route de la soie.

L’ambassadeur français estime en outre que la stratégie de la Ceinture économique de la Route de la soie et de la Route de la soie maritime du 21e siècle est non seulement d’une grande importance pour l’Europe et pour la France, mais qu’elle contribuera également à un monde plus stable.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Page spéciale
Notre avenir est avec les BRICS

Cette nouvelle dynamique des BRICS est le fruit d’un combat international pour le droit au développement mené par Solidarité et progrès en France et l’Institut Schiller à l’international.

En savoir plus
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet