Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

L’ancien économiste-en-chef de la BRI : un nouveau krach nous attend

La rédaction
visites
1881
PNG - 181.7 ko
Pour l’ancien économiste-en-chef de la BRI William White, les politiques actuelles des banques centrales nous conduisent à un nouveau krach.
Crédit : ineteconomics.org

L’ancien économiste-en-chef de la Banque des règlements internationaux (BRI) William White a déclaré à la revue allemande Focus Money que le monde est encore au milieu de la crise financière et que le pire est encore à venir. Les acteurs de la crise « n’ont effectivement rien appris », a-t-il fait remarquer, avant d’ajouter :

Je pense que la cause de la crise financière a été une politique d’argent bon marché excessive, combinée avec de nouveaux produits financiers. Ceci a conduit à une bulle de crédit géante, en particulier dans les économies avancées. Depuis lors, rien n’a réellement changé. Une politique financière active gonfle de manière excessive le volume de crédit, comme avant, signifiant qu’elle fait la même chose que ce qui a déclenché le désastre [en 2008].

En référence au récent rapport de la BRI qui appelle à ce que les banques centrales cessent tout de suite l’assouplissement quantitatif et augmentent les taux d’intérêt, White explique que « la BRI croit – et je partage son avis – que le problème de l’endettement est ultimement un problème de solvabilité. Il faut être réaliste et reconnaître que beaucoup de débiteurs sont à toute fin pratique en faillite, et ne seront jamais capables de porter le fardeau de leurs dettes. Des mesures significatives à prendre seraient un rééchelonnement, des annulations partielles ou totales des dettes, une recapitalisation des banques – mais ce n’est pas là la tâche des banques centrales, c’est celle des gouvernements. »

Son message : on a donné carte blanche aux banques centrales, et elles poursuivent une politique qui causera tôt ou tard un krach encore plus important.

Contactez-nous !