www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Finance

L’ancien ministre italien de l’Economie Tremonti renouvelle sa défense de Glass-Steagall

La rédaction
422 visites | 1 commentaire

Dans une lettre à l’éditeur publiée par le quotidien italien Corriere della Sera, le sénateur italien et ancien ministre de l’Economie Giulio Tremonti fait explicitement le lien entre sa proposition pour changer les règles de comptabilité applicables aux produits financiers dérivés, et sa proposition de rétablir une séparation stricte entre métiers de banque, à la Glass-Steagall Act.

Tremonti veut surtout répondre aux attaques lancées contre lui par la journaliste télévisuelle Milena Gabanelli qui l’accuse, à tort, d’avoir promu les contrats de swaps et autres produits dérivés à l’origine des emprunts toxiques qui ont empoisonné les villes et communes italiennes.

Tremonti rappelle d’abord ses propres efforts visant à réglementer et même bannir l’utilisation de ces contrats, une pratique devenue courante dans les années 1990 quand les gouvernements de centre gauche préparaient l’entrée de l’Italie dans l’euro.

Ensuite, Tremonti affirme que sa proposition récente – qui interdirait aux entreprises d’inclure les contrats dérivés dans leurs livres de comptes avant qu’ils ne rapportent – va de pair avec « sa proposition de loi précédente sur la séparation bancaire [Sénat N° 717] ».

Si, en tant que banque, vous collectez des dépôts, vous ne pouvez que les employer pour des prêts productifs : pour des prêts à des entreprises, des familles, les communes, etc. Si, par ailleurs, vous voulez spéculer, vous êtes libre de le faire, mais à vos risques et périls. Le modèle pour cette proposition, qui n’est certainement pas favorable à la spéculation, est le Glass-Steagall Act introduit par le président Roosevelt en 1933 et abrogé par le président Clinton à la fin des années 1990. Et également le modèle pour la loi bancaire italienne de 1936, également abrogée dans les années 1990.

Tremonti explique que « l’obligation [pour une banque] d’enregistrer les résultats des dérivés arrivés à maturité enlève à la racine l’incitation à leur utilisation toxique et fait en sorte que les dérivés ne puissent plus être utilisés comme instrument de création fictive de "valeur" ! Ainsi, tout intérêt à utiliser les dérivés tombe ».

La polémique sur l’utilisation par les banques des produits financiers dérivés (swaps, options, etc.) qui empoisonnent tant de villes et communes est symptomatique d’une colère qui se lève dans toute l’Italie, colère qui se concentre contre tel ou tel homme politique ou banquier au lieu d’atteindre la structure du système financier.

La réponse de Tremonti a le mérite de changer cette dynamique.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Voir le commentaire

Vos commentaires

  • Le 7 septembre 2013 à 01:09
    par petite souris

    Un ex-ministre de l’échiquier, un ex-ministre de finances italien, un premier ministre belge .... expliquent et veulent un Glass-Steagall act pour contre carrer cette finance devenue folle et destructrice des peuples
    soit !
    Sont-ils moins incompétents que les nôtres ?
    Sont-ils plus honnêtes ?
    ......
    C’est quand même curieux qu’au pays des droits de l’homme il n’y ait qu’un seul son de cloche de la classe médiatico-politique !!!!
    enfin !
    Bizarre ! je dis bizarre .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet