Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité

L’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie pointés du doigt pour leur soutien à l’Etat islamique

La rédaction
visites
1477
commentaire
JPEG - 40.2 ko
L’ancien sénateur américain Bob Graham veut faire la lumière sur le rôle des Saoudiens dans le financement du terrorisme.
Crédit : thelipstickchronicles.typepad.com

Lors d’un entretien accordé le 9 octobre à l’émission Day 6 de la principale chaîne de télévision canadienne, CBC, l’ancien sénateur américain Bob Graham a accusé les Saoudiens d’être directement responsables de l’actuel conflit en Irak et en Syrie. Il a ajouté que cette situation aurait pu être évitée si le chapitre de 28 pages du Rapport de l’enquête conjointe du Congrès américain sur les attentats du 11 septembre 2001 (documentant le rôle de l’Arabie saoudite dans ces attentats) avait été rendu public.

Graham a souligné que l’Arabie saoudite a une longue histoire en ce qui concerne ses activités de soutien à la secte Wahhabite de l’Islam, et que c’est cette forme extrême qui s’exprime actuellement dans les avancées de l’Etat Islamique (EI) en Irak et en Syrie :

La connexion est directe, a-t-il expliqué. Non seulement l’Arabie saoudite a-t-elle promu cette forme extrême de croyance, mais elle en a été le principal créancier, d’al Qaïda en premier lieu, puis de ses diverses franchises un peu partout dans le monde (en particulier en Somalie et au Yémen), et maintenant elle soutient l’Etat islamique (EI). Je crois que si le rôle des Saoudiens dans les attentats du 11 septembre avait été divulgué avec la publication des 28 pages, ainsi que par la publication d’autres renseignements concernant le rôle des Saoudiens et leur soutien aux personnes qui ont détourné les avions le 11 septembre 2001, il aurait été beaucoup plus difficile pour l’Arabie saoudite de continuer à se comporter ainsi.

Mobilisation de l’Institut Schiller

Afin de faire monter la pression sur Barack Obama, l’Institut Schiller a organisé samedi 11 octobre, à la bibliothèque de Harlem à New York, une réunion publique sur l’urgence de rendre public le chapitre de 28 pages. Plus d’une centaine de personnes y ont assisté. Parmi les orateurs : Jeffrey Steinberg, de la revue Executive Intelligence Review (EIR) ; Terry Strada, co-présidente de l’association 9-11 Families and Survivors United for Justice against terrorism (l’une des principales associations des familles des victimes des attentats du 11 septembre 2001) ; et Diane Sare, ancienne candidate larouchiste aux élections législatives (pour le Congrès américain).

Diane Sare a dressé le bilan de la politique désastreuse de Barack Obama par rapport au combat contre l’EI, l’épidémie Ebola en Afrique de l’Ouest et la sécheresse frappant toute la côte ouest des Etats-Unis, ainsi qu’à la crise financière. Elle a été suivie de Terry Strada, qui a cité le contenu d’une lettre jusqu’ici confidentielle signée en 2003 par 40 sénateurs américains, demandant que soient rendues publiques les 28 pages. Elle a demandé que justice soit rendue aux 3000 victimes qui ont péri dans les attentats, sans parler de ceux qui ont perdu la vie dans les guerres subséquentes.

La chute progressive de la ville de Kobané, au nord de la Syrie, aux mains de l’EI, montre à quel point la politique suivie par le gouvernement Obama, ainsi que son allié turc, est calamiteuse.

C’est ce que souligne le correspondant pour le Moyen-Orient du quotidien londonien The Independent, Patrick Cockburn, dans un article récent. « Les plans des Etats-Unis pour combattre l’Etat islamique se trouvent réduits en ruines », fait-il remarquer, avant de décrire les récentes avancées de l’EI tant dans le nord de la Syrie et que dans la province irakienne d’Anbar, ainsi que l’imminence d’attaques pouvant atteindre même le centre de Bagdad. Il conclut que les agissements de la Turquie en Syrie depuis 2011 sont un mélange d’arrogance et de mauvais calculs, qui peuvent conduire à la guerre civile en Turquie elle-même.

Voir le commentaire

  • Elie • 14/10/2014 - 09:09

    Luttes de pouvoirs, enrichissement en bandes organisées, collusion avec des mafias internationales affairées dans des trafics d’armes, de drogues etc etc etc.
    Les barbouzes sont partout. De Londres à Washington, en passant par Dubaï, La Mecque, Ankara et Moscou. La messe est dite, il ne reste plus qu’à prier en attendant le bouquet final...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide