Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

L’Argentine tient bon contre les fonds vautours

La rédaction
visites
976
JPEG - 320.2 ko
La dernière bannière du Comité d’action politique de Lyndon LaRouche (LPAC) à Washington : "L’Argentine démasque le chantage de Wall Street. Il y a des limites au pouvoir d’un tyran ! Destituons Obama !"

A l’occasion du 198e anniversaire de l’indépendance argentine le 9 juillet (1816), le bureau de la Présidente Cristina Fernandez a publié un encart publicitaire d’une page entière dans le Washington Post, sous le titre « Les fonds vautours : les faits montrent qu’il ne s’agit pas d’un mythe, ce sont des vautours ».

Ceci est en réponse à un encart antérieur, publié le 8 dans le même journal par un syndicat de fonds vautours dirigé par le milliardaire Paul Singer, American Task Force Argentina (ATFA). L’encart, intitulé « Les faits concernant la dispute sur la dette argentine », dénonçait comme « mythe » chaque argument mis de l’avant par le gouvernement argentin concernant la réorganisation de sa dette et les tentatives d’extorsion et de chantage faites par les fonds vautours.

La réponse argentine est que l’objectif des fonds vautours est « de soumettre l’Argentine au chantage, de manière à rallier l’opinion publique américaine à l’idée d’engranger un profit de plus de 1600 % aux dépens du bien-être du peuple argentin ». Notant que l’AFTA est bel et bien financée par les fonds vautours, l’encart publicitaire explique que l’Argentine ne se soumettra pas au chantage mais s’appliquera plutôt à défendre « le processus de réorganisation réussie de sa dette, qui a permis au pays de connaître la plus longue période de croissance et d’intégration sociale de son histoire ».

Plusieurs ambassadeurs et consuls se sont rassemblés hier à l’occasion de la célébration officielle, par le gouvernement argentin, de l’Indépendance du pays, où plusieurs participants ont fait remarquer que tous les pays du continent sud-américains doivent aujourd’hui se rallier pour combattre ensemble les fonds vautours, de la même manière que les libérateurs de l’Argentine se sont réunis contre l’Espagne en 1816.

Avec une arrogance particulière à l’égard de l’Argentine, deux représentants de l’AFTA sont arrivés dans le pays en ce jour de célébration, soit Robert Shapiro et Nancy Soderberg, pour « rencontrer certaines personnalités influentes » et « s’informer » de la situation économique du pays. Aucun responsable gouvernemental argentin n’a l’intention de les rencontrer. Shapiro est connu pour ses anciennes campagnes au vitriol contre Nestor Kirchner au moment où il dirigeait le pays, ainsi que contre l’actuelle présidente, Cristina Fernandez Kirchner, qu’il a qualifiée de terroriste anti-américaine pour avoir négocié avec l’Iran pour faire la lumière sur l’attentat de 1994 contre le Centre social AMIA de Buenos Aires, de confession juive, dans lequel des iraniens ont été impliqués.

Shapiro s’est également permis d’affirmer que l’AFTA représente des « gens ordinaires », de petits investisseurs spoliés par l’Argentine. L’AFTA est pourtant dirigée par le milliardaire Paul Singer, propriétaire du fond vautour NML Ltd qui, probablement comme « tous les gens ordinaires », est domicilié aux îles Caïmans afin d’éviter de pays des impôts.

Contactez-nous !