Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

L’Inde aussi se prépare à débarquer sur la Lune

La rédaction
visites
1062
JPEG - 151.9 ko
Chandrayaan-1
Crédit : The Hindu

S’adressant le 24 août aux étudiants d’une école de Salem, en Inde, M. Annadurai, le directeur du projet d’orbiteur lunaire Chandrayaan-1 de 2008, ainsi que du nouveau projet Chandrayaan-2, a annoncé que la mission Chandrayaan-2 sera lancée en 2017.

Plus tôt cette année, des échantillons de sol et de roches de la région de Salem ont été prélevés par l’Organisation indienne pour la recherche spatiale (ISRO) pour son programme de simulations destiné au futur astromobile (rover) lunaire indien. Le sol de cette région de la province du Tamil Nadu, dans le sud de l’Inde, possède des caractéristiques similaire au sol lunaire.

Chandrayaan-1, qui a été lancée en 2008, a directement contribué, par certains de ses instruments scientifiques, à la production d’indications directes prouvant l’existence de glace d’eau sur la Lune. Même si la mission n’a duré que 312 jours contre les deux années prévues à l’origine, elle a servi de modèle pour le développement d’un bouclier renforcé pouvant protéger de manière plus efficace Chandrayaan-2 contre les rayonnements solaires.

Chandrayaan-2 est extrêmement ambitieuse. La mission comprendra un orbiteur, un atterrisseur et un astromobile. Conçue à l’origine comme un effort conjoint avec la Russie, l’Inde a décidé finalement d’en faire une mission entièrement indigène. Elle reprend la triple architecture de la récente mission chinoise, formée de l’orbiteur Chang’e-3, d’un atterrisseur et de l’astromobile Lapin de jade.

Rappelons que le directeur d’ISRO K. Radhakrishnan avait déclaré le 10 août que le vaisseau envoyé par l’Inde vers Mars en octobre dernier doit se placer en orbite autour de la planète rouge le 24 septembre. S’il y parvient, l’Inde sera le premier pays d’Asie à mettre un vaisseau en orbite martienne et surtout le premier pays à y parvenir du premier coup. L’attention de la population indienne à propos de cette mission est par conséquent maximale. Radhakrishnan a également déclaré que plusieurs technologies essentielles sont en train d’être développées en Inde pour un possible vol spatial habité à venir, sans toutefois préciser de destination.

Il est clair que les BRICS ont décidé de renouer avec les principaux éléments du paradigme scientifique et économique associé à l’époque de John F. Kennedy et des beaux jours de la science soviétique.

Pour approfondir :

  1. Le programme lunaire chinois : nouvelle perspective pour l’humanité
  2. L’industrialisation de la Lune, un nouveau défi pour l’humanité
  3. La Lune, immense réservoir d’énergie
  4. Industrialisation lunaire : les grands axes
  5. LaRouche : le programme lunaire chinois est la norme en matière de productivité
  6. 30 ans de combat pour l’exploration de l’hélium-3 lunaire
Contactez-nous !