Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

L’oligarchie britannique craint la montée du travailliste Jeremy Corbyn

La rédaction
visites
1083
JPEG - 25.1 ko
Le travailliste anglais Jeremy Corbyn.

Autre signe de l’inquiétude de l’Establishment britannique face à un système financier en décrépitude : la violente sortie de Tony Blair contre celui qui sera peut-être d’ici peu le prochain dirigeant du Parti travailliste, Jeremy Corbyn.

« Si votre cœur bat pour Corbyn, faites-vous transplanter », a lancé Blair lors d’une conférence le 22 juillet à Londres. Selon lui, les travaillistes « perdront le pouvoir pour 20 ans si Corbyn est élu » à la tête du parti en septembre. Après les 43 % de voix pour Corbyn dans le sondage de YouGov, soit 17 points de plus que son principal rival, un conseiller spécial de Blair, Darren Murphy, a commenté que « le parti travailliste est devenu un club suicidaire ». Un autre de ses conseillers, John McTernan, a qualifié de « crétins » les députés ayant soutenu Corbyn.

Au sein du Parti travailliste, Corbyn mène depuis des années une opposition énergique à la politique de Blair, et soutient un Glass-Steagall pour le Royaume-Uni. Il milite aussi pour une conférence européenne sur la dette destinée à réduire la dette grecque.

Lui et un autre député travailliste, Michael Meacher, avaient d’ailleurs envoyé en mars dernier des messages à la conférence du Citizens Electoral Council en Australie, faisant partie du mouvement international associé à Lyndon LaRouche.

L’instabilité émotionnelle de Blair s’est aussi manifestée le 22 juillet, lorsqu’il traitait d’« homme des cavernes » le Parti national écossais, pour avoir rejeté le programme du gouvernement et ses coupes drastiques dans les aides sociales.

Si certains médias et institutions se plaisent à le flatter, l’ancien Premier ministre est méprisé par l’électorat pour ses mensonges répétés pendant son passage de dix ans à Downing Street, incluant ses efforts pour lancer la guerre contre l’Irak. Par contre Corbyn s’opposait à cette guerre et a milité pour le « non » à une action militaire contre la Syrie, aux Communes en automne dernier.

L’émergence de Corbyn au Royaume-Uni semble confirmer qu’un tournant se prépare dans l’ensemble du monde transatlantique. Après l’élection de Syriza en Grèce en janvier, sur un programme résolument opposé à l’austérité, nous assistons à une montée en puissance de Podemos en Espagne (des élections législatives y sont prévues pour la fin de l’année), sans parler de la candidature remarquée de Martin O’Malley à l’investiture présidentielle démocrate aux Etats-Unis.

Tant O’Malley que Corbyn ont fait part de leur volonté expresse et explicite de rétablir une séparation bancaire de type Glass-Steagall, et de libérer l’économie de l’emprise des mégabanques de Wall Street et de la City.

Contactez-nous !