Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

La Belgique accuse l’UE de vendre des « produits financiers toxiques »

visites
757

Dans une interview assez surprenante avec le quotidien flamand De Morgen du lundi 23 décembre 2013, le ministre belge de l’Economie et vice-Premier ministre Johan Vande Lanotte (socialiste) a mis en garde contre le danger de nouveaux « actifs toxiques » venant depuis l’Irlande et le Luxembourg et capables de porter atteinte à la santé des banques belges.

Sans préciser la nature exacte de ces « produits toxiques » (Credit Default Swaps, Mortgage-backed Securities, … ?), le ministre déclare « qu’un des produits les plus toxiques qui fut vendu sur nos marchés financiers venait de la banque américaine Lehman Brothers. Le produit avait été approuvé en Irlande et avait ainsi obtenu un passeport européen ».

Ainsi de tels produits se retrouvent vendus dans toute l’Europe ajoute-t-il. Tenant ses informations de l’Autorité belge des services et marchés financiers (FSMA), il précise que le risque n’est pas immédiat, mais « qu’on ne peut pas accepter qu’une telle menace se faufile dans le système ». « Avant que vous ne le sachiez, les problèmes sont déjà importants. »

Le problème est que ces produits, une fois qu’ils sont approuvés par un état membre de l’UE et qu’ils reçoivent un « passeport européen », ne peuvent pas être interdits en Belgique, regrette Vande Lanotte.

Pour les contrer, le ministre souhaite que le service de protection des consommateurs puisse examiner ces nouveaux produits financiers. « Il faut avoir de la clarté », estime-t-il, plaidant pour un « mécanisme de contrôle de qualité » qui permettrait à la Belgique de maintenir ces produits hors de son marché.

Contactez-nous !