Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité

La BRI en campagne pour réduire vos retraites et dépenses de santé

visites
632
commentaire

En accord avec l’appel de la banque JP Morgan visant à supprimer les constitutions post-fascistes, la Banque des règlements internationaux (BRI), dans son 86e rapport annuel, n’est pas moins claire sur la question :

Le chapitre IV de son rapport, intitulé « La durabilité fiscale, où en sommes nous ? », s’ouvre ainsi :

Six ans après le début de la crise financière globale, la dette publique de la plupart des économies avancées a atteint des niveaux sans précédent en temps de paix. Et, de façon inquiétante, elle continue à s’accroître. Ainsi la crise n’a fait qu’aggraver une situation déjà mauvaise. En 2007, la dette publique atteignait déjà des records historiques dans la plupart des pays avancés, résultat d’une tendance haussière depuis le milieu des années 1970. Pire encore, les statistiques officielles sur la dette sous-estiment la véritable dimension des problèmes fiscaux auxquelles de nombreuses économies sont confrontées, étant donné le fait que les gouvernements ont fait des promesses qui impliquent des hausses substantielles des dépenses pour les retraites et les systèmes de santé dans les décennies à venir.

En clair, soutient la BRI, la crise financière de 2008 et ses conséquences sur l’économie réelle n’ont absolument rien à voir avec des banques devenues folles !

La fondation de l’économie de marché (Stiftung Marktwirtshaft) de Fribourg, spécialisée dans le chiffrage de l’endettement, après avoir fait l’éloge de l’analyse de la BRI, s’est démenée pour calculer ce qu’elle qualifie de « dette implicite », une dette dont les montants font cruellement défaut dans les statistiques actuelles qui se limitent simplement à présenter la « dette explicite ».

En incluant tout ce que les gouvernements promettent constitutionnellement à leurs administrés en termes de soins de santé et de retraites, la Stiftung arrive à des chiffres d’endettement astronomiques.

GIF - 42.1 ko

Par exemple, d’après les « vrais » chiffres fournis par la Stiftung, la vraie dette publique de la Belgique ne représente pas 104,5% mais 655% du PIB belge (dette implicite 558 + dette explicite 98 = 655) ! Pour la France, c’est 358%, pour la Finlande 420%, etc.

Puisqu’en Italie le système des retraites fut fusillé, la « dette implicite » est désormais négative : - 123% du PIB Italien. Les suspects habituels, accusés de vivre au-dessus de leurs moyens sont : Irlande (dette implicite de 1271% du PIB !), le Luxembourg (1209%), la Grèce (720%), Chypre (764%), la Slovénie (620%), en bref, à part le Luxembourg, tous des pays ciblés par la Troïka pour qu’ils réduisent leurs dépenses sociales.

Voir le commentaire

  • petite souris • 31/07/2013 - 23:29

    pour si on avait encore des doutes sur les actes de cette BRI .....

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide