Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

La Chine s’apprête à construire une ligne ferroviaire à grande vitesse vers Myanmar

La rédaction
visites
1530

Selon un article publié le 9 mai par le China Daily, la Chine s’apprête à constuire une ligne ferroviaire à grande vitesse entre la Chine et le Myanmar, depuis la ville de Dali, dans la province chinoise du Yunnan, jusqu’à la ville de Ruili, tout près de la frontière avec le Myanmar. Les travaux du tunnel de 30 km sous le mont Gaoligong, impliquant des difficultés techniques particulières, doivent commencer dès le mois de juin,. Une autre portion de cette future ligne, longue de 330 km, implique la construction d’un grand pont ferroviaire sur la rivière Nujiang, qui sera elle aussi lancée bientôt, selon Wang Mengshu, un spécialiste des chemins de fer à l’Académie chinoise d’ingénierie.

JPEG - 32.1 ko
Projet transasiatique de lignes ferroviaires à grande vitesse
Crédit photo : China Daily

Wang a également expliqué que trois lignes ferroviaires devant relier la Chine aux pays du Sud-Ouest asiatique sont incluses dans les plans à moyen et à long terme du gouvernement central. Certains travaux préliminaires ont déjà été initiés, selon des sources à la China Railway Corp. Selon ces plans, les lignes partiraient de Kunming, dans la province du Yunnan, et relieraient le Laos, le Vietnam, le Cambodge, le Myanmar, la Thaïlande, la Malaisie et Singapour. Elles constitueraient la partie méridionale du futur Réseau ferroviaire trans-asiatique. L’objectif est la construction d’un réseau ferroviaire continu entre Singapour et Istanbul, couvrant une distance de 14 000 km, avec des connexions possibles vers l’Europe et l’Afrique.

Les études sur ces trois lignes ont commencé il y a déjà un certain temps, et des retards se sont accumulés en raison de disputes sur le financement et les vitesses moyennes visées. « Les travaux d’arpentage ont été terminés, et pour autant que je sache, le gouvernement est en train de négocier avec les pays voisins sur les méthodes de financement », a ajouté Wang. « Nous avons conclu, à titre préliminaire, que la Chine sera responsable pour l’investissement dans l’infrastructure, les équipements et la recherche technique, tandis que les autres pays paieront leur part avec des ressources locales », a-t-il expliqué.

Pendant que l’Europe s’enlise dans l’austérité, la guerre et les renflouements bancaires, la Chine poursuit sa marche en avant, tant dans le domaine des grands projets d’infrastructure que celui de la recherche nucléaire et la conquête spatiale.

Contactez-nous !