Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

26 juin - Shakespeare mobilisé pour tenter de couler Trump Lire 23 juin - Guerre, choléra et famine au Yémen : la complicité criminelle des occidentaux dénoncée à l’ONU Lire 22 juin - Surréaliste : la lutte antifraude fiscale européenne s’installe au Luxembourg ! Lire
AccueilActualité

La Chine va inverser le cours de ses fleuves

La rédaction
visites
1916
commentaire
PNG - 33.1 ko
Avec le projet de transfert d’eau sud-nord, la Chine compte inverser le cours des fleuves
Crédit : Le Monde

C’était l’un des rêves du Grand Timonier. « Le Sud a beaucoup d’eau, le Nord en manque ; si possible, pourquoi ne pas lui en emprunter ? », aurait lancé Mao Zedong en 1952. Le Parti communiste chinois l’a entendu et met en œuvre un projet titanesque commencé au début des années 2000 après une longue série d’études de faisabilité et baptisé nanshui beidiao, le « transfert des eaux du sud au nord ».

PNG - 259.1 ko
Carte de la pluviosité en Chine. Alors que les centres industriels se trouvent au Nord, la pluviosité favorise le Sud.
Crédit : Wikipedia Commons

Ce projet, dont le coût total était évalué en 2003 à 486 milliards de yuan (51 milliards d’euros) se justifie pleinement par le fait que le nord de la Chine, fortement industrialisé, connaît systématiquement une pluviosité bien moindre que les régions méridionales.

Aujourd’hui, la voie centrale du projet, dont la construction a commencé en 2003, est prête pour sa mise en service. Les autorités en charge du projet ont annoncé le 29 septembre que les 55 ouvrages constituant ce gigantesque système de canaux, de tunnels et d’aqueducs ont été testés une dernière fois et sont prêts pour la « mise en eau ».

Cette voie centrale, comme sa consœur déjà construite plus à l’est et une autre projetée mais non construite dans l’ouest du pays, a pour objet d’apporter de l’eau de la vallée du Yangzi et de ses tributaires, située au sud, vers les régions du nord densément peuplées mais pauvres en eau. Elle parcourt une distance d’environ 1400 km vers le nord-est.

JPEG - 279.8 ko
Un des canaux du projet chinois de transfert d’eau sud-nord.
Crédit : http://www1.american.edu

Lorsqu’elle sera pleinement opérationnelle, c’est-à-dire lorsque le réservoir de Dianjiangkou, son point de départ, sera rempli, elle fournira 9,5 milliards de mètres cubes d’eau par an aux deux grandes métropoles que sont Beijing (21 millions d’habitants) et de Tianjin (14 millions d’habitants), ainsi qu’à 17 grandes autres villes du Nord. A titre de comparaison, le Canal de Provence transporte 200 millions de mètre cubes d’eau chaque année.

La faible pluviosité dans la Vallée du Yangzi dans la période récente devrait toutefois retarder le remplissage du réservoir de Danjiangkou, dont le niveau a été relevé de 14 mètres pour atteindre une hauteur de 177 mètres (le réservoir, situé sur la rivière Han, un tributaire du Yangzi, avait été construit à l’origine au cours des années 60 et 70).

Le réservoir des Trois Gorges, situé sur le fleuve Yangzi plus au sud, pourra également fournir une quantité d’eau supplémentaire à l’avenir. Tout le projet a été conçu pour que l’eau puisse couler par la seule gravité, sans qu’il n’y ait besoin de stations de pompage, tandis que la route orientale, située plus près du littoral, a exigé au contraire la construction de 23 stations de pompage.

Le trajet comporte un gigantesque aqueduc, le plus moderne du monde, ainsi que deux tunnels de 3,4 km de long passant à 35 mètres sous le Huang He (fleuve Jaune) à Mangshan, dans la province de Henan, afin que l’eau transportée ne soit pas polluée par ce dernier. Un grand tunnel de distribution central, d’une longueur de 80 km, a été également construit sous Beijing.

Le gouvernement chinois est toutefois conscient que ce vaste projet ne suffira pas à satisfaire les besoins en eau du pays au cours des prochaines décennies. D’où les vastes moyens investis dans la recherche et notamment dans le domaine du dessalement de l’eau de mer grâce à l’énergie nucléaire.

Obama capitule devant la sécheresse

JPEG - 396 ko

Cette situation est à contraster avec l’inaction criminelle du gouvernement Obama aux États-Unis, où une grande partie des États de l’Ouest, dont le Texas et la Californie, sont confrontés depuis plusieurs années à la pire sécheresse des trois cents dernières années.

Une situation qu’Obama se contente d’attribuer au « réchauffement climatique », alors qu’un vaste projet avait déjà été conçu dès l’époque du Président Kennedy, le projet NAWAPA, pour amener de l’eau de l’Alaska jusqu’au Mexique.

Alors que dans un pays, on investit pour préparer l’avenir (26 milliards d’euros au total pour les routes orientale et centrale), dans l’autre on engloutit des centaines de milliards d’euros pour renflouer les banques et financer les guerres coloniales, avec pour seul objectif de maintenir la mainmise de Londres et de Wall Street sur les flux financiers et le commerce mondial.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Face au système translatlantique, les BRICS – Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud – ont décidé de poser les bases d’un autre monde : politique de développement économique mutuel, nouveau système monétaire international pour nourrir la croissance, économies physiques tirées par la recherche scientifique.

En savoir plus

Don rapide