Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 21 janvier - Pour LaRouche, le Président Trump « n’a pas encore des principes très clairs... » Lire Flash : 21 janvier - Jacques Cheminade expose son projet éducatif devant le Syndicat général des lycéens (SGL) Lire Flash : 21 janvier - Le fondateur d’Alibaba parlant aux Américains : « vous avez trop dépensé pour vos banques et vos guerres ! » Lire
AccueilActualité

La City de Londres, centre d’un empire mondial

visites
1439
commentaires

Dans un article du 9 avril, le correspondant londonien du Monde et spécialiste de la finance, Marc Roche, lève le voile sur cet adversaire sans visage que nous dénonçons ici depuis longtemps : « l’empire offshore de la City de Londres ». [1] S’appuyant sur le livre-enquête Treasure Islands de Nicholas Shaxson, où ce journaliste d’investigation britannique démontre que cet empire n’est que la continuation post-coloniale de l’Empire britannique, Marc Roche décrit ce qu’il qualifie lui-même d’ « arrière-cour opaque de la Couronne ». Extraits.

La City (...) peut être considérée comme le plus gros paradis fiscal au monde. La première place financière européenne est, certes, "onshore" (à terre). Mais elle est au centre d’une toile d’araignée où rayonnent des paradis fiscaux "offshore" (extraterritoriaux), ces territoires de la Couronne ou anciennes colonies, dont le nom est passé dans l’histoire de la finance de l’ombre : îles Caïmans, îles anglo-normandes, île de Man, îles Vierges britanniques, Gibraltar, les Bermudes, Hongkong, l’Irlande, Dubaï... Des lieux qui servent d’abord de rabatteurs de capitaux approvisionnant le pôle londonien en liquidités. L’argent collecté est géré par les établissements financiers installés dans la capitale britannique. (…)

Grâce à ses centres offshore de transit, la City a pu faire fructifier à son avantage les pétrodollars du Proche-Orient, ainsi que les fonds des oligarques russes, des armateurs grecs, des entrepreneurs indiens et chinois, ou, plus récemment, des nantis d’Europe du Sud fuyant la crise de l’euro.

L’article est consultable dans son intégralité sur le site du Monde (abonnés).

Voir les 2 commentaires

  • petite souris • 17/04/2013 - 22:31

    Le Monde critiquer la perfide Albion !
    .... alors cela sent vraiment le roussi ...........

    Répondre à ce message

  • jeance • 17/04/2013 - 22:08

    bonsoir
    L’article est consultable dans son intégralité sur le site du Monde.
    oui mais payant ...désolant...
    pourtant il aurait été intéressant à partager sur les réseaux sociaux
    cordialement

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Don rapide