Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 16 janvier - Radio S&P 16 janvier 2017 - Moment hystérique ou moment historique ? Lire Flash : 13 janvier - Epidémie de grippe : le devoir de protéger Lire Flash : 12 janvier - Radio S&P 12 janvier 2017 - Qui a peur du grand méchant Trump ? Lire
Accueil Actualité

La ParisTech Review ouvre le débat sur les avantages du thorium

visites
618
commentaire
GIF - 144.1 ko
A gauche, du thorium solide, à droite dissout dans des sels liquides

Sous le titre Centrales à sels fondus, l’avenir du nucléaire ? la prestigieuse ParisTech Review [1] a accordé le 12 mars un long entretien à Daniel Heuer, directeur de recherche au Laboratoire de physique subatomique et de cosmologie (LPSC) de Grenoble.

Meilleure utilisation des ressources, réduction des déchets, sécurité améliorée... Les réacteurs de génération IV, présentés comme le futur de la filière nucléaire, suscitent beaucoup d’espoirs.

Encore à l’étude, ils pourraient succéder un jour aux réacteurs de type EPR (« génération III »), eux-mêmes plus performants que les réacteurs à eau pressurisée du parc nucléaire actuel.

Daniel Heuer travaille sur l’un des six concepts retenus en 2008 par le Forum international génération IV, qui a fixé les grandes orientations en la matière : le réacteur à sels fondus, associé au cycle thorium. Quels sont précisément les avantages de cette nouvelle technologie ? Va-t-elle trouver sa place dans la filière ?

Pour lire l’article complet : CLIQUEZ ICI.


[1ParisTech Review est une revue publiée uniquement en ligne, en anglais (les articles sont accessibles également en français). Elle s’appuie sur deux partenaires stratégiques, Harvard Business Review et Knowledge@Wharton. Elle a en outre des accords de syndication avec McKinsey Quarterly aux Etats-Unis, Asahi Shimbun au Japon, The Times of India en Inde, Les Echos et L’Ecole de Paris en France.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Don rapide