www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Glass-Steagall

La réforme bancaire laisse les dépôts à la merci des marchés

789 visites | 2 commentaires

L’on entend souvent dire que François Hollande n’avait jamais promis de couper les banques en deux, simplement de séparer les activités. Si seule une séparation totale entre banques de dépôt et de crédit d’une part, et banques d’affaires et de marché de l’autre (politique promue par Jacques Cheminade lors de la présidentielle et actuellement par Solidarité & Progrès auprès des parlementaires), peut permettre de vaincre le monde de la finance, la plupart des experts sont unanimes : la réforme bancaire de Pierre Moscovici ne séparera même pas les activités.

C’est ce qu’explique Le Monde dans un article du 29 novembre intitulé Réforme bancaire : Paris moins ambitieux que Londres ou Washington. Extraits.

(…) Seules les opérations jugées purement spéculatives et inutiles à l’économie, ne possédant aucun lien avec les clients, sont en effet cantonnées. Toute l’activité dite de « tenue de marché » est épargnée.

Si elle découle des demandes des clients (par exemple, la vente de produits financiers couvrant des entreprises contre le risque de change), elle conduit également les banques à prendre des positions « directionnelles » (massives, potentiellement dangereuses) pour garantir la liquidité des marchés, soit la revente des produits...

Le négoce de produits dérivés de matières premières agricoles - accusé de faire varier les prix - et le trading haute fréquence - le négoce de titres financiers à grande vitesse - seront pour leur part interdits. Mais, une fois encore, seulement s’ils sont réalisés pour compte propre. « Ce qui est cantonné ou interdit est très limité. Pour frapper fort et tirer les leçons du passé, le gouvernement aurait pu interdire le compte propre, organiser une vraie séparation des activités bancaires », poursuit M. de Vauplane. [avocat en droit bancaire au cabinet Kramer Levin Naftalis & Frankel, professeur à l’université Panthéon-Assas (Paris-II)]

(...)

« La distinction entre les activités utiles à l’économie et la spéculation peut sembler frappée au coin du bon sens. Elle permet également de ne rien faire », analyse pour sa part Thierry Philipponnat, le secrétaire général de Finance Watch, une association internationale défendant une finance au service de l’intérêt général.

Selon M. Philipponnat, la séparation des activités de dépôt et de marché s’imposait, « car elle trace la frontière entre des activités de nature différente. Les dépôts doivent rester le lieu de la création de masse monétaire. Le fait que la création monétaire alimente les marchés, notamment les produits dérivés, crée l’effet pervers ».

Si la réforme prévoit aussi un volet renforçant les pouvoirs de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et de l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP), un haut fonctionnaire confit que « tout dépendra de l’usage que fera l’autorité de tutelle de ces nouveaux pouvoirs »... Notamment lorsque les banques exerceront à nouveau leur chantage à l’argent public pour renflouer leurs pertes...

Communiqué S&P Réforme bancaire : le statu quo, c’est maintenant !

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir les 2 commentaires

Vos commentaires

  • Le 3 décembre 2012 à 09:45
    par Sylvie

    Tout à fait d’accord, cette réforme est comme prévu une non-réforme, Hollande a cédé (sans combattre ?) contre le lobby bancaire. c’est aussi le point de vue de l’économiste Gaël Giraud qui explique très pédagogiquement dans cet entretien (http://blogdenico.fr/entretien-avec-gael-giraud-23-la-necessaire-reglementation-financiere-et-bancaire/), comment le secteur bancaire a acquis un poids lui permettant de prendre en otage l’Etat, et c’est vrai dans tous les pays européens. Il ne s’agit pas juste d’une question de lobby, d’influences, de connivences entre haut-fonctionnaires et dirigeants de banque, mais aussi de structure et d’imbrications entre Etats et banques, à travers les dettes publiques et les CDS notamment. Très instructif.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2012 à 21:21
    par petite souris

    Tout cela n’est que "paroles verbales"
    Tout cela n’est que du "creux dans du vide"
    Tout cela n’est que du baratin
    ..........
    Tout pour nous enfumer !
    Tout pour nous expliquer comment en nous faisant payer c’est mieux pour nous
    Tout pour garder leurs postes, leurs privilèges
    Tout pour continuer à croire qu’ils sont eux-mêmes des personnes utiles et bien sous tout rapport !!!!!!!!!!!!!!!!!!
    .........
    S’il y en a un qui ose réclamer un Glass-Steagall act ..... ils perdent tous leurs jobs
    .............
    Ils resserrent les rangs ! z’ont peur !!!!!!!! Vont devenir dangereux ..........

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet