www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Empire britannique

La Reine Elisabeth II, toujours prête à appuyer sur le bouton nucléaire !

La rédaction
1353 visites | 1 commentaire

Des documents déclassifiés récemment révèlent le contenu d’un discours que devait prononcer la reine Elizabeth II en 1983 à la veille d’une attaque nucléaire des forces de l’OTAN contre l’Union soviétique. Ces documents ont été rendus publics après un délai légal de 30 ans.

Le discours a été rédigé par des responsables britanniques en 1983, année au cours de laquelle l’OTAN envisageait pour la première fois, dans des exercices de simulation de guerre, une première frappe nucléaire préventive contre les forces adverses, alors qu’une telle éventualité était officiellement en opposition totale avec sa propre doctrine !

Ainsi, le premier exercice à envisager le recours aux frappes nucléaires, en première instance, fut l’opération Wintex-Cimex 83, conduite par les Etats-Unis. C’est dans le cadre de cet exercice, qui cherchait à impliquer non seulement les dirigeants militaires mais également les responsables politiques, que fut rédigé le discours de la Reine. Il fut suivi de la controversée opération Able Archer 83, un exercice mené par l’OTAN du 7 au 11 novembre 1983 à partir d’un scénario impliquant l’invasion, par des forces conventionnelles du « camp orange » (représentant le Pacte de Varsovie et l’Union soviétique), de la Yougoslavie, de la Norvège et de l’Allemagne de l’Ouest, ainsi que des attaques aériennes contre le Royaume-Uni. Cet exercice culminait lui aussi avec le recours à une première frappe nucléaire, d’abord sous forme de guerre nucléaire « limitée » puis « généralisée » par le « camp bleu », soit l’Alliance atlantique (OTAN).

Dans son discours à la nation, la reine Elizabeth II, qui détient encore la « Prérogative Royale » de déclarer la guerre, par l’entremise de son Premier ministre et de son Cabinet [1], ne mentionne même pas le gouvernement britannique !

On n’y trouve que des références sentimentales à sa propre famille, aux joies de Noël, à son fils Andrew qui pilotait alors un hélicoptère dans l’armée, [l’héritier de la couronne, le prince Charles, devant probablement alors être caché dans un abris anti-nucléaire], et aux horreurs de la technologie nucléaire. En effet, selon le discours hypothétique mais ô combien réel par le portrait idéologique qu’il trace de la Monarchie, la Reine déclare : « L’ennemi n’est pas le soldat avec son fusil, ni même le pilote rôdant dans les cieux au-dessus de nos villes et villages mais la puissance mortelle d’une technologie dont on abuse. »

Il n’y a bien sûr aucune référence à une oligarchie financière cherchant à défendre son empire à tout prix, y compris par l’emploi de l’arme nucléaire qui, selon le scénario envisagé, aurait balayé 33 des 56 millions d’habitants britanniques de l’époque.

Cela tombe bien, puisque selon les « calculs » récents de l’organisme Population Matters, proche de la famille royale britannique et anciennement dénommé l’Optimum Population Trust, le Royaume-Uni aurait une capacité d’accueil ne dépassant pas la moitié de sa population actuelle, soit un excédent de 33 millions d’habitants !

Rappelons pour terminer que Lyndon LaRouche avait au même moment réussi à convaincre le président Ronald Reagan d’annoncer son intention, le 23 mars 1983, de construire conjointement, avec l’Union soviétique, un système de défense global contre les missiles nucléaires, l’IDS, tout-à-fait contraire à la doctrine de destruction mutuelle assurée défendue avec acharnement par le néo-malthusien Lord Bertrand Russell et ses acolytes.


[1Dans le cadre du récent débat sur l’envoi d’armes à la Syrie, en juillet dernier, la Chambre des Lords a confirmé que seul le Cabinet, au nom d’une Prérogative Royale qui présuppose également le feu vert de sa Majesté, pouvait décider de déclarer la guerre, et qu’il n’était par conséquent pas nécessaire d’obtenir l’autorisation légale du Parlement.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Page spéciale
Guerre mondiale, il est minuit moins cinq

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Voir le commentaire

Vos commentaires

  • Le 3 août 2013 à 21:24
    par petite souris

    33 millions en trop !
    comment vont-ils faire ?
    * tirer au sort
    * un % par famille
    * cibler une catégorie de population
    ..........
    dans tous les cas les anglais vont descendre dans la rue
    je propose que la famille royale donne l’exemple par un % de personnes à éliminer
    Now !
    Ils seraient super crédibles
    Que feraient leurs marionnettes-chefs-d’état ailleurs dans le monde ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet