Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

La Russie adopte le yuan pour son commerce avec l’Asie

La rédaction
visites
954
JPEG - 203.6 ko
Xi Jinping and Vladimir Putin attend the signing of the China and Russia Purchase and Sales Contract on East Route Gas Project and a memorandum in Shanghai.
Crédit :  Xinhua

Le Financial Times de Londres a rapporté le 8 juin que la Russie utilisera le renminbi (le yuan chinois) dans le cadre de son commerce avec l’Asie. « Il ne s’agit pas d’une mesure ponctuelle, c’est une tendance », souligne le FT.

Andrei Kostin, directeur en chef de la banque publique russe VTB, a déclaré qu’étant donné l’étendue de notre commerce bilatéral avec la Chine, l’usage du rouble et du yuan [renminbi] dans le règlement des comptes est une priorité, et nous y travaillons à l’heure actuelle. Les travaux sont en cours depuis le mois de mai.

Le journal poursuit :

La décision d’ouvrir des comptes en renminbi, ainsi qu’en dollars de Hong Kong et de Singapour met en lumière la tentative de la Russie de se retourner vers l’Asie, à un moment où ses relations avec l’Europe se rétrécissent. Les sanctions poussent les entreprises russes à réduire leur dépendance à l’égard des marchés financiers occidentaux, tandis que les banques américaines et européennes ont dramatiquement réduit leurs prêts en Russie depuis l’annexion de la Crimée en mars.

Mais c’est plutôt la nature productive des relations économiques entre la Russie et la Chine, comme l’a montré le récent sommet entre les dirigeants des deux pays, qui explique cette tendance. Plus de 50 accords d’investissement dans l’infrastructure et l’activité industrielle ont été signés au cours de ce sommet, permettant une expansion drastique des transactions hors-dollar.

Le Financial Times tente toutefois de se rassurer en citant un conseiller économique du président Poutine, Andrei Belousov, qui semble penser que « des mesures plus radicales » comme la politique de de-dollarisation promue par Sergeï Glaziev, lui aussi conseiller du président Poutine, ne sera pas adoptée, « à condition toutefois que la Russie ne soit pas soumise à des sanctions supplémentaires ».

Contactez-nous !