Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité

La Russie et l’Argentine s’allient pour changer l’ordre politique et économique mondial

La rédaction
visites
1478
commentaire
JPEG - 310.7 ko
Vladimir Poutine et Cristina Kirchner à Buenos Aires le 12 juillet 2014.
Crédit : casarosada.gov.ar

En route vers le sommet des BRICS au Brésil, le président russe Vladimir Poutine s’est rendu à Cuba et a fait un arrêt surprise au Nicaragua avant d’arriver le 12 juillet à Buenos Aires pour y rencontrer la présidente Cristina Fernández de Kirchner et d’autres responsables.

Les deux dirigeants ont souligné la nature stratégique de leurs relations et leur vision partagée des relations internationales et des problèmes de l’économie mondiale. En ce qui concerne la renégociation de la dette extérieure argentine, la Russie soutient depuis le début la position de Fernández. Dans un geste tout à fait opportun, juste avant de partir pour Cuba, Poutine a signé une loi effaçant 90% de la dette de ce pays envers la Russie.

Lors de la conférence de presse conjointe, Poutine a noté que l’Argentine, « l’un de nos partenaires clé en Amérique latine », a « sa propre vision des relations internationales, une opinion souveraine, quelque chose de rare dans le monde d’aujourd’hui, et nous la remercions pour cela ». La présidente argentine a insisté sur la convergence de vue des deux pays sur deux questions clé : le respect inconditionnel par tous les signataires de l’ONU du droit international et de la charte des Nations unies, et la nécessité de réguler les flux de capitaux « qui ont presque transformé le monde en casino financier ». Elle a aussi souligné la nécessité de réformer les agences internationales (FMI, Banque mondiale, etc.) « qui à l’évidence n’ont pas su répondre aux problèmes politiques ou économiques du monde ».

Notons qu’un nouveau rapport de la Commission économique des Nations unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) sur la politique industrielle montre que la politique anti-austérité de l’ancien président Nestor Kirchner en 2003, a porté ses fruits. Poursuivie par son épouse et successeur, elle a abouti à une augmentation du PIB argentin de 5,56 % en moyenne entre 2002 et 2010, soit bien plus que celui du Brésil (3,38 %), du Chili (3,43 %), du Mexique (1,81 %), ou même de la Corée du sud (4,16 %). La création d’emplois (+4,20%) a aussi été la plus forte depuis 50 ans, dépassant celle des trois autres pays latino-américains.

Par ailleurs, les deux présidents ont signé des accords économiques, en particulier dans la coopération et le développement de l’énergie nucléaire.

Lors de son passage au Nicaragua, Poutine aurait également discuté d’une éventuelle participation russe dans la construction d’un nouveau canal entre l’Atlantique et le Pacifique. D’une longueur de 278km, ce projet sera mené par une entreprise chinoise.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide