www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Santé publique

L’Euthanasie budgétaire fait des ravages en Grande-Bretagne

La rédaction
23604 visites | 1 commentaire

Les pratiques de triage dans les soins de santé mises en œuvre par le Liverpool Care Pathway (LCP) de Tony Blair, aujourd’hui sous enquête par le gouvernement britannique, se sont à nouveau retrouvées sous le feu des projecteurs le 1er décembre, dans un article publié par le Daily Telegraph.

L’article en question cite un rapport du ministre de la Santé Jeremy Hunt concernant l’audit de 7058 dossiers médicaux archivés auprès de 178 hôpitaux associés au National Health Service (NHS), et réalisé par le Marie Curie Palliative Care Institute Liverpool et le Royal College of Physicians, suggérant que « presque la moitié des patients en fin de vie [environ 57 000 patients par an, ndlr] qui ont été inscrits au programme controversé Liverpool Care Pathway n’ont jamais été informés du fait qu’ils seraient privés de traitements médicaux capables de préserver leur vie ».

Le Liverpool Care Pathway est une procédure mise en place par le gouvernement Blair à la fin des années 1990, en théorie destinée à fournir des « soins de fin de vie de qualité » aux patients hospitalisés, sans pour autant préciser qui prenait la décision de déclarer un malade en état « fin de vie ».

Le programme appelle à suspendre le maintien des fonctions vitales (alimentation par voie intraveineuse, oxygène...) du patient, y compris s’il s’agit d’un nourrisson atteint du cancer, et à le placer sous sédatifs dès lors qu’il a été jugé comme étant en fin de vie.

Le programme a été démasqué pour avoir conduit à l’euthanasie de patients loin d’être en « fin de vie », et surtout sans leur accord ni de celui de leur famille. Il s’agit en réalité d’une politique d’euthanasie pour raison budgétaire. Les hôpitaux se sont même vus imposer des objectifs chiffrés quant au nombre de patients devant être inscrits au programme.

Toute ressemblance avec l’homicide nazie consistant, au nom de la pitié pour le malade (gnadentot), de priver de soins ceux « dont la vie ne mérite pas d’être vécue », ou avec le programme IPAB mise en place aux Etats-Unis par Barack Obama, est bien entendu nullement fortuite.

Le Président américain est en ce moment même en train de négocier, dans le contexte de la prétendue « falaise budgétaire », un pacte avec les Républicains pour autoriser une augmentation de l’imposition des Américains les plus riches en échange de coupes supplémentaires dans les programmes de santé publique à l’intention des personnes âgées et des handicapés, une situation qui montre bien les véritables motivations du couple Blair-Obama en matière de santé publique.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Voir le commentaire

Vos commentaires

  • Le 3 décembre 2012 à 19:34
    par petite souris

    Attention ! messieurs qui organisez cela ..........
    Un jour assez proche, les futurs dirigeants de ce que vous avez créé, appliqueront, en bon disciples, vos méthodes, oublieront qui vous êtes ..........
    ..............
    et vous aurez alors l’âge de ne plus être soignés !!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet