www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

LaRouche à la presse russe : Le danger que je vois est le chaos

1999 visites
JPEG - 11.5 ko

L’agence de presse russe Ria Novosti, qui a fusionné avec La Voix de la Russie en juillet dernier, a publié le 22 août un entretien avec l’économiste américain Lyndon LaRouche. Intitulé « Le danger que je vois est le chaos – Lyndon LaRouche », l’article commence d’abord par une analyse de Paul Craig Roberts, ancien ministre du gouvernement Reagan et aujourd’hui pourfendeur des néoconservateurs et de leur idéologie belliqueuse.

Craig Roberts dénonce plus particulièrement la doctrine Wolfowitz, du nom de l’ancien secrétaire américain à la défense qui proclame l’hégémonie américaine sur le monde entier après la chute de l’Union soviétique, ainsi que l’importance du complexe militaro-industriel aux Etats-Unis. Il termine en expliquant que les Etats-Unis seraient incapables de gagner une guerre conventionnelle contre la Chine et la Russie et se verraient obligés d’avoir recours à des frappes nucléaires pour espérer prendre le dessus, une situation qui conduirait à l’extinction de l’humanité entière.

Ria Novosti donne ensuite la parole à Lyndon LaRouche, présenté comme le fondateur et le directeur de l’Executive Intelligence Review Press service. En voici les principaux extraits :

Lyndon LaRouche : Obama est un échec total, il n’y a aucun doute là-dessus. Mais les échecs peuvent peuvent prendre plusieurs formes et peuvent conduire, dirons-nous, au chaos. Et nous ne savons pas exactement quelle forme cela peut prendre. De toute évidence, Obama est un désastre. Si nous ne nous en débarrassons pas, ici aux Etats-Unis, nous pourrions avoir une situation qui serait encore bien pire.

Nous sommes conscients du fait que la situation n’est pas soutenable, que nous entrons dans une nouvelle phase avec les BRICS et l’Amérique du Sud, et ainsi de suite. D’autres parties du monde – la Chine, l’Inde – toutes ces régions sont maintenant en train de se préparer à donner au monde une approche saine pour la résolution des problèmes sur notre planète.

C’est ici que je m’inquiète, c’est la chose à laquelle je fais attention. Je suis préoccupé par le fait qu’il y a des risques associés à la tentative de faire les choses correctement. Je dirais que la question est de reconnaître que nous avons une situation intéressante en commençant par la Chine, qui est actuellement l’une des plus grandes puissances jamais apparue sur cette planète... et sa capacité de répondre aux défis associés au développement de l’énergie est formidable [LaRouche fait ici référence au programme nucléaire chinois, en particulier en ce qui concerne la fusion nucléaire avec l’hélium-3 lunaire comme combustible, ndlr.]. Ainsi, nous avons l’Inde, la Russie, la Chine – les pays des BRICS – qui sont des pays qui sont prêts à se rassembler et à s’attaquer à ces problèmes. Et je m’en tiens au rôle que je me suis donné, qui est de garder cette chose en vie et fonctionnelle.

Ce qui importe, si nous comparons, par exemple, ce que faisait la Russie sur la question du développement à ce que faisait la Chine, il y a des distinctions particulières mais il y a aussi une convergence, qui est de plus en plus grande avec la tentative russe d’arriver à un accord avec ce qui se passe en Asie en général. C’est quelque chose que l’on veut tous. Lorsque je dis « on », je parle de l’Amérique du Sud, de l’Asie en général et ainsi de suite. Nous voulons ceci car nous avons les capacités que nous pouvons développer, qui peuvent résoudre un grand nombre de ces problèmes. Et je ne suis qu’un parmi bien d’autres, qui veulent s’attaquer à ces problèmes et les résoudre, comme cette situation insensée que nous avons en Allemagne en ce moment. [La sortie prévue de l’Allemagne du nucléaire, ndlr.]

Ria Novosti/Voix de la Russie : Mais dès que l’actuel gouvernement américain s’en mêle, il provoque le chaos. Est-ce un effet délibéré ou cela est-il une erreur ?

C’est l’effet Empire britannique.

De quoi s’agit-il ?

L’Empire britannique dirige toute l’opération.

Sa volonté est-elle de créer le chaos ?

C’est exactement cela !

Dans quel intérêt ?

Il le contrôle, il le dirige.

Est-ce un projet réaliste de contrôler le chaos ?

Oui ! C’est absolument un programme intentionnel d’écraser tout ce qui se pointe à l’horizon. C’est de cela dont il s’agit. Ce à quoi nous avons affaires, c’est de la nécessité de comprendre comment, d’un côté, on peut faire face à une telle menace en minimisant le risque. Voilà notre problème. Par là je veux dire que lorsque nous regardons à quoi se trouve confronté Poutine, par exemple, en termes de ce qu’il doit faire jour après jour, c’est ce à quoi je reste attentif. Je surveille le facteur risque. Poutine fait constamment face à la question du risque. C’est une situation compliquée, qui signifie qu’il doit constamment gérer le risque.

Mais la chose positive est qu’il a la Chine de son côté, il a l’Inde. Il représente tout cela. Et lorsque la fumée se sera dissipée, nous nous apercevrons qu’il y a une planète nouvelle ou quelque chose qui opère comme une planète nouvelle, car les vieilles manières de faire auront disparu, elles sont en train de disparaître rapidement. J’attends seulement qu’on y soit arrivée.

Je me rappelle qu’il n’y a pas si longtemps les États-Unis voulaient croiser le fer avec la Chine. Sont-ils encore prêts à le faire ?

Le fait est que nous avons un président qui est un escroc. Qu’attendez-vous d’autre d’un type pareil ? Voyez comment je vois les choses. Nous avons l’Amérique du Sud. Elle est devenue une collection de BRICS, où les pays se rassemblent pour leur défense et leur développement mutuels. Nous avons des situations similaires en Afrique, avec cet EIIL [LaRouche se réfère ici à la politique de développement économique que met œuvre l’Egypte face à la propagation de l’Etat islamique dans le monde arabe, ndlr.] Nous avons ce qui se passe en Inde. Tous ces groupes de pays convergent vers un résultat unique, qui est la création d’un nouveau système de gouvernement entre les peuples de notre planète. Et c’est ce pour quoi nous luttons.

Et les derniers développements en Israël, font-il partie de cette réaction à la tentative de créer un nouveau système ?

Israël est dans un état lamentable, dans une situation désespérée. Les choses devront être clarifiées à l’issue de ce processus. Le pays est devenu fou, il n’a plus rien de respectable.

Est-il devenu un pays fou de sa propre volonté ?

J’entretenais des relations très étroites avec beaucoup de membres de la communauté israélienne dans l’après-guerre immédiate. Et j’ai rencontré plusieurs dirigeants du mouvement à l’époque... non pas que j’en faisais partie, mais je partageais leur point de vue. Je pensais que leurs efforts étaient valables et je pensais qu’ils pourraient conduire à une solution pacifique pour la région. Nous étions près du but. Mais lorsque la droite est venue en Israël, les choses ont pris la direction de l’enfer, jusqu’à aujourd’hui.

Parlant d’Israël et du Moyen Orient, est-ce que je vous comprends bien lorsque vous dites que toutes ces guerres qui ont lieu en ce moment sont liées au processus conduisant à la naissance d’un nouvel ordre mondial ?

Il doit y avoir un nouvel ordre mondial. Le nouvel ordre mondial n’est pas fondé sur ce que la plupart des gens pense être un nouvel ordre mondial. En fait la situation est très simple. Certains pays doivent se rassembler. Ils sont en train de tenter de le faire, ils cherchent à être indépendants vis-à-vis de cette situation insensée. Regardez l’Inde ! L’indépendance de l’Inde est une chose incroyable. Les accomplissements de la Chine sont énormes. Nous n’avons même pas pris conscience encore à quel point la Chine est importante, en termes de développement. Par conséquent, nous sommes sur le point d’assister au plus grand triomphe pour l’humanité, de toute son histoire. Il faut seulement faire en sorte que cela aboutisse.

Qu’arrivera-t-il alors aux pays qui dominent actuellement – au Royaume Uni et aux États-Unis ?

Lorsque je pense à mes vieux amis en Russie, je pense à eux pendant qu’ils poursuivent leur combat, cherchant à gagner cette bataille et j’essaie seulement de garder espoir, j’espère qu’ils vont y arriver, car je crois qu’ils le peuvent.

Dans ce cas, lorsque ces grandes puissances, je parle du Royaume-Uni et des États-Unis, lorsqu’elles se trouveront acculées, sont-elle susceptibles d’avoir recours à des actes extrêmes, comme une guerre nucléaire ?

Non !

Pourquoi non ?

Parce que nous serions tous mutuellement détruits.

S’en soucient-ils ?

Oui, il s’en soucient !

Est-ce une raison pour laquelle ils n’ont pas déclenché de guerre contre l’Iran ?

Non, c’est seulement parce qu’ils sont tellement corrompus qu’ils ne savent plus ce qu’ils font. Le président des États-Unis est l’une des personnes les plus corrompues vivant sur cette planète.

Puisque nous en parlons, il doit partir...

Il doit partir, il doit être expulsé de la Maison Blanche. Il n’y a aucun doute à ce sujet. Essentiellement, ce à quoi nous sommes confrontés est un effondrement probable de présidents inaptes, des dirigeants inaptes. Et ces dirigeants inaptes vont simplement tomber l’un après l’autre. Et le danger que je vois est le chaos.

Que devons-nous faire pour l’empêcher ?

Une victoire. Je prendrais, par exemple, le cas de Poutine. Il va faire un excellent boulot, mais il a un problème. Il doit prendre garde à ne pas tomber, dans une situation qui est très complexe, dans quelque chose qui pourrait se transformer en piège. Je le soutien donc entièrement, car il fait la bonne chose. Je ne sais pas si je suis d’accord avec tout ce qu’il dit ou fait, mais je sais ce dont nous avons besoin – la coopération de la Russie, de la Chine, de l’Inde, avec les autres pays des BRICS. Et ceci inclut dorénavant l’Afrique. Ceci représente l’avenir de l’humanité.

Ceci implique-t-il un changement d’idéologie ?

Absolument !

Quelle devrait être la nouvelle idéologie ?

Une nouvelle conception de l’humanité.

Avez-vous par hasard une idée quelconque à ce sujet ?

Oui, j’en ai une. La question est que l’humanité a besoin d’un changement de ce type et je pense que nous sommes prêts pour cela. Je pense que les meilleurs penseurs sur cette planète, qui peuvent être relativement peu nombreux mais pourraient avoir une grande influence, doivent entrer en scène rapidement, car nous avons besoin d’eux. Prenez par exemple mes amis en Russie, qui sont tous des amis à moi, qui sont aux commandes en ce moment en Russie. Ils savent ce qu’ils font et ils font un excellent boulot. Ils sont confrontés à de grandes difficultés, qui continuent à s’abattre sur eux. Et j’espère qu’il vont les surmonter, car je sais que s’ils y parviennent nous aurons un nouvel arrangement pour l’humanité sur cette planète.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet