Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le 11 septembre 2001 ? C’est pas nous.

La rédaction
visites
2675
JPEG - 37.9 ko
Le Prince Charles avec le Prince Bandar d’Arabie Saoudite

Alors que la tension monte au sujet d’une intervention américaine en Iran, de nouvelles révélations sur les « faiblesses » du renseignement américain, puis Anglais ayant rendu possible les attentats du 11 septembre 2001, puis ceux du 7 juillet 2005, pourraient marquer une volonté du royaume saoudien de se détacher des faucons de l’administration Cheney-Bush.

Le 1er novembre, le prince Bandar bin-Sultan, ancien ambassadeur saoudien à Washington, maintenant conseillé à la sécurité nationale du Roi Abdallah, a donné une interview au réseau de télévision par satellite de langue arabe Al-Arabiya, dans laquelle il a expliqué que les attentat du 11 septembre 2001 auraient pu être évité, si les Etats-Unis avaient pris plus au sérieux les efforts du renseignement saoudien. Il a expliqué que les services de renseignement de son pays « suivaient activement » la plupart des pirates de l’air du 11 septembre « avec précision » avant les attaques sur le World Trade Center et le Pentagone, que si il y avait eu une meilleur entente entre les différents services de renseignement, « nous aurions évité ce qui est arrivé ».

Ces affirmations font écho à celles que le Roi Abdallah à tenu le 29 octobre dans une entrevue avec la BBC lors d’une récente visite à Londres. Il expliquait que les autorités britanniques n’avaient également pas voulu entendre les avertissements des renseignements saoudiens au sujet des attentats en Angleterre et que les explosions dans le metro de Londres du 7 juillet 2005 auraient pu être empêché.

Rappelons que lors de sa conférence internet du 10 octobre dernier, Lyndon LaRouche déclarait : « Je dois dire, que je sais, sans le moindre doute, que le 11 septembre était une opération de l’intérieur. C’était une opération de l’intérieur pour le compte de ce que l’administration Bush-Cheney représente ».
Plus loin LaRouche ajoutait : « J’en sais plus que ce que j’en dis : avec la complicité de certaines personnes en Arabie Saoudite, avec l’Empire britannique, qui partage le pouvoir avec l’Arabie Saoudite, au travers de la BAE, une opération a été orchestrée contre les Etats-Unis le 11 septembre. Et nous avons vécu avec cette pression depuis lors. Et ce que je dit, je l’assume. D’autres fait sortiront au moment approprié ».

Comment ce fait-il que le pouvoir saoudien se permette, aujourd’hui, de toucher des questions aussi sensibles ? Alors que la commission d’enquête américaine sur le 11 septembre a censuré 28 pages de son rapport sur le rôle joué par le Prince Bandar dans le financement de certains pilotes de l’air.

Dans cette période de grande tension au Moyen-Orient, les faucons de Cheney perdrait-ils leurs anciens compagnons d’intrigues ?

Contactez-nous !