www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >UE/BCE/Euro

Garzon : en temps normal Draghi aurait été traduit devant la justice

La rédaction
1043 visites | 3 commentaires

Le gouverneur de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a finalement accepté de paraître devant le parlement espagnol, mais seulement à condition que l’audition se fasse à huis clos avec un groupe restreint de députés, et que ses remarques ne soient pas rendues publiques.

Ces conditions n’ont pas plu aux groupes espagnols mobilisés contre l’austérité, et le groupe parlementaire Izquierda Plural (Gauche unifiée plus les Verts) a promis qu’il retransmettrait les remarques de Draghi via twitter et les téléphones portables. Le parti au pouvoir (PP) a fait le nécessaire pour empêcher les communications téléphoniques depuis l’auditorium vers l’extérieur, mais deux députés peu coopératifs de la Gauche unifiée ont filmé Draghi et posté son discours sur un site spécialement créé pour l’occasion.

Draghi a commencé et terminé son sermon en rappelant aux députés que l’Espagne, comme le reste de l’Europe, ne pouvait plus se considérer comme souveraine, et que les parlementaires ne devaient par conséquent plus oublier, mêmes s’ils sont élus démocratiquement par le peuple espagnol, que les mesures économiques votées par eux affectent toute la zone euro.

Il a également réitéré l’engagement de la BCE à renflouer les banques, à faire baisser les coûts du travail et à imposer un ajustement des conditions de vie et une réforme de l’appareil d’Etat.

Le député Alberto Garzon, l’un des deux parlementaires à avoir filmé le discours, a lancé une violente diatribe contre le gouverneur, lui reprochant de venir sous le couvert du secret, en tant que représentant d’une puissance qui fait chanter les pays pour s’imposer sans aucune légitimité.

Malgré quatre longues années de discours sur la stabilité financière, a-t-il poursuivi, la BCE n’a rien fait pour faire face à la crise, encourageant la spéculation sur les dettes publiques et exhortant les gouvernements à couper dans l’éducation, la santé, et autres services primordiaux pendant qu’elle continuait à renflouer les banques.

Le député a conclu que dans un pays normal, dans des institutions normales, Draghi aurait été poursuivi en justice, de même que l’ancien gouverneur de la BCE Jean-Claude Trichet. L’intervention de Garzon a conduit le Président de la séance, Jesús Posada, à lui demander de « se comporter correctement », sans préciser ce que cela pouvait bien vouloir signifier...

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir les 3 commentaires

Vos commentaires

  • Le 18 février 2013 à 22:30
    par COUPU

    Merci de faire connaître cela.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2013 à 22:43
    par petite souris

    venir sous le couvert du secret, en tant que représentant d’une puissance qui fait chanter les pays pour s’imposer sans aucune légitimité.
    Chantage, menaces & tricheries pour imposer une mauvaise voie et asservir les peuples.
    Cela s’appelle une dictature

    Répondre à ce message

  • Le 15 février 2013 à 12:04
    par mui

    Bravo Alberto Garzon !
    C’est juste du bon sens et de la raison, il faut poursuivre ces gens et cette institution car on le voit bien cela ne fonctionne que dans un sens, le leur.
    Le gars vient dans le parlement d’un pays et sa 1ère déclaration est de souligner que le pays n’est pas souverain, et partant de là qu’il faut (puisque maître BCE décide) baisser le coût du travail (on connait les conséquences) et réformer létat (on connait aussi)... Bref révolution ! Le peuple s’est fait volé ses droits !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet