www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

Le LPAC soumet une proposition de loi hamiltonienne pour rétablir le crédit productif public

La rédaction
724 visites | 1 commentaire

Nous présentons ICI le préambule à la proposition de projet de loi que font circuler, sous la forme d’une brochure de 25 pages, nos amis du Comité d’action politique de l’économiste américain Lyndon LaRouche (LPAC) aux Etats-Unis, visant à remplacer le système de la Réserve fédérale actuel (géré par les banques privées), par une troisième Banque des Etats-Unis, inspirée par les conceptions économiques d’Alexander Hamilton, premier secrétaire au Trésor des Etats-Unis.

Hamilton, l’un des plus puissants esprits derrière la Révolution américaine, avait découvert que le rôle d’une banque centrale n’est pas uniquement de gérer la monnaie ou la dette publique, mais surtout d’être la source d’émission de crédit productif, sous contrôle public, afin d’accroître la richesse physique de la nation. La Banque des Etats-Unis qu’il imagina avait pour objectif de faire naître et de développer les découvertes scientifiques, les grandes infrastructures, les industries de pointe et le commerce.

Les conceptions de ce « colbertiste » américain ont été à l’origine de la fondation des deux « Banques des Etats-Unis », suivant ces principes. La première Banque des Etats-Unis fut fondée en 1791, mais les ennemis d’Hamilton – le parti anglais qui voulait prendre sa revanche contre la Révolution américaine – l’ont rapidement dévoyée. La deuxième Banque des Etats-Unis fut créée sous l’administration de James Madison en 1817. Sous l’administration de John Quincy Adams, elle a rendu de grands services à l’économie productive américaine. C’est Andrew Jackson, soutenu là encore par le parti anglais totalement hostile à cette approche économique, qui a finalement réussi à obtenir sa fermeture en 1836, après 8 ans de sabotage.

Depuis, des efforts significatifs pour la rétablir ont été menés sous les présidences d’Abraham Lincoln et de Franklin Delano Roosevelt, dont l’arrière-arrière-grand-père Isaac était l’un des collaborateurs d’Hamilton. Ces efforts se sont traduits par des périodes de très forte croissance utile pour les Etats Unis, sans toutefois parvenir à rétablir un contrôle public sur le système monétaire.

En France, le système de crédit productif public hamiltonien fut appliqué dans la période dite des « Trente glorieuses », se traduisant ici par une période de croissance productive inégalée dans l’histoire de France.

Le texte de Michael Kirsch que nous présentons ici, ainsi que son ouvrage How Andrew Jackson Destroyed the United States (décembre 2012), seront des contributions importantes à l’effort mené des deux côtés de l’Atlantique pour rétablir des Banques de la Nation, au service de la croissance des peuples.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir le commentaire

Vos commentaires

  • Le 10 mars 2013 à 12:11
    par petite souris

    Comme quoi, il existe une transmission des valeurs et des idées....
    Ce sont bien toujours les mêmes familles et leurs descendants qui en assurent la divulgation à part certaines exceptions
    Les logiques sont toujours les mêmes, les causes produisent toujours les mêmes effets
    Ce qui change aujourd’hui c’est la mondialisation
    Ce sera donc beaucoup plus difficile ou catastrophique de faire changer les choses
    Le combat pour le bien commun est compréhensible par tous, il est donc possible et partout dans le monde
    ..............
    "Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux." Benjamin Franklin

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet