www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Guerre

Foreign Policy documente le transfert d’armes de la Libye vers la Syrie

La rédaction
598 visites | 5 commentaires

La prestigieuse revue du Conseil des affaires étrangères de New York Foreign Policy, a publié le 10 juillet un article intitulé « Compagnons d’armes : comment la Libye envoie des armes aux rebelles syriens » (Comrades in Arms : How Libya sends weapons to Syria’s rebels), où les auteurs Jenan Moussa et Harald Doornabus apportent des preuves supplémentaires d’opérations de transfert d’armes illégales de la Libye vers la Syrie, qui ont eu lieu pendant un an, en violation de l’embargo de l’ONU sur l’entrée ou la sortie d’armes de Libye.

Rappelons que Jacques Cheminade avait explicitement averti, lorsque le gouvernement Sarkozy avait impliqué la France dans la fourniture d’armes aux rebelles libyens en 2011, que celles-ci allaient finir par tomber aux mains de réseaux terroristes ailleurs dans le monde.

L’article de Foreign Policy facilitera sans doute les démarches de ceux qui demandent une enquête par le Congrès américain et/ou l’ONU sur le rôle de l’administration Obama dans l’armement des rebelles syriens depuis la Libye, en violation des lois américaines et internationales.

Foreign Policy révèle qu’un « ancien » commandant rebelle à Benghazi, responsable du trafic d’armes entre la Libye et la Syrie, a « personnellement organisé deux cargaisons d’armes par voie maritime de Benghazi vers le port d’Alexandrette (Iskenderun) en Turquie cette année. Les armes ont été ensuite transportées par voie terrestre, au su des autorités turques, puis livrées aux forces rebelles au nord de la Syrie.

Les deux cargaisons contenaient chacune 460 tonnes de matériel, principalement des armes, mais également du matériel humanitaire. Le premier envoi a quitté Benghazi il y a cinq mois, le second en juin. Les cargaisons incluent des véhicules équipés d’armes automatiques, de lance-grenades, de mortiers, de munitions et, plus important, 120 missiles SAM-7, ainsi que leur lanceur. Ces systèmes sol-air ont permis d’abattre plusieurs avions du régime syrien cette année.

L’article cite l’ancien commandant, disant que les cargaisons antérieures à avril 2012 ont été confisquées par les autorités libanaises (Luttfallah II) : « J’ai commencé à organiser ces envois vers la Syrie, de Benghazi via la Turquie. »

L’article ne mentionne pas l’envoi d’août 2012 à bord de l’Al Entisar, de Benghazi vers la Turquie, apparemment le premier transfert réussi. Les auteurs évitent de mettre l’emphase sur le rôle de l’administration Obama dans l’organisation de ces envois, à part cette mention : « Le trafic d’armes vers la Syrie constitue sans doute un cas où les objectifs des rebelles libyens coïncident avec ceux de Washington. » L’article continue ainsi :


L’ancien commandant rebelle, qui dirigeait également une ONG libyenne aidant les réfugiés syriens en Libye, dit que la plupart des armes et de l’aide sont données gratuitement par des frères libyens. Mais lorsque les coûts de transport sont élevés et que les fonds libyens sont à sec, a-t-il ajouté, un membre syrien des Frères musulmans vole vers Benghazi pour fournir une injection d’argent liquide et coordonner les flux d’armes vers la Syrie.

’Ce que nous faisons est ceci’, explique l’organisateur. ’Nous demandons aux katibas [les unités rebelles] ici à Benghazi de donner des armes et du matériel humanitaire pour la Syrie. Les gens arrivent avec des armes, de l’argent, des lits d’hôpital, ou du sucre. Lorsque nous avons suffisamment, nous louons un bateau ou un avion et envoyons le tout vers la Syrie, via nos contacts en Turquie et plus rarement en Jordanie.’

Les rebelles libyens ont aussi fait parvenir de l’aide à l’opposition syrienne par voie aérienne. 27 vols de ce type ont eu lieu jusqu’ici, dit l’ancien commandant : 23 de la Libye vers la ville de Gaziantep en Turquie, et 4 vers un aéroport en Jordanie. Les avions décollent le plus souvent de Benghazi, mais partent également de Tripoli et de l’aéroport d’al-Abraq dans l’est du pays, près du village d’al-Bayda.

’Souvent ils s’agit de plus petits avions’, dit l’ancien commandant. ’Nous libyens payons, ou certains de nos amis syriens trouvent l’argent et s’occupent de la facture.’

L’organisateur de ces vols a dit que le dernier avion transportant des armes libyennes s’est envolé pour Ganziantep vers la fin mai. De là, les armes ont été amenées en territoire rebelle au nord de la Syrie, une région frontalière avec une Turquie amicale aux rebelles.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir les 5 commentaires

Vos commentaires

  • Le 18 juillet 2013 à 19:32
    par petite souris

    Les "va-t-en-guerre" sont terriblement actifs et au service de la finance pour les basses oeuvres de la politique que sont ces guerres maquillées en guerres civiles dans le meilleur des cas, et en soi-disant "guerres" pour asseoir une démocratie aux ordres
    Ils ne partiront que par la volonté des peuples asservis et désinformés lorsqu’ils ne sont pas manipulés

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2013 à 03:10
    par al-zuway

    Eric, tes statistiques sont fausses , et ne m’oblige pas à parler des divisions ethniques en syrie ainsi que les vrais statistiques , qui démontrent que l’ethnie du dictateur représente 10% de la population syrienne , qu’ils sont tous militaires et contrôlent l’institution militaire...mais toutes cette petite mascarade sera bientôt terminée...je parle de la mascarade des coups d’etats de la geurre froide et des appuis de l’occident à ces fous alliés, ...

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2013 à 20:20
    par Eric

    Al-Zuway, ce ne sont pas des "musulmans" mais des dégénérés manipulés qui se battent contre l’armée syrienne et massacrent des civils. Contrairement à ce que tu dis, les Syriens ne les soutiennent pas. Même l’OTAN reconnaît que 70 % des Syriens soutiennent le régime en place qui n’est plus la dictature qu’il était jusqu’en mars 2011. Quant aux 30 % restant, j’imagine que la plupart d’entre eux sont neutres.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet 2013 à 14:39
    par al-zuway

    cela vous pose un problème ? les libyens ont combattu et sont tombés par dizaine de milliers pour des élections démocratiques sans un dictateur " ultra-armé " .
    Nos frères syriens ont le droit de faire tombé leur dictateur , la population civile s’est militarisé et les soutiens leur vient de tous les musulmans dans le monde.
    Et il n’abaisseront pas la tête , et La Libye , les soutiendra jusqu’à la dernière goutte de sang : armes , hommes , medicaments , denrées....on ira jusqu’au bout .

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2013 à 20:58
    par Eric

    « Compagnons d’armes : comment la Libye envoie des armes aux rebelles syriens »
    Il serait bon de cesser de qualifier de "rebelles" les terroristes qui sévissent en Syrie, car 95 % d’entre eux ne sont pas Syriens. Plus de 80 nationalités sont représentées. Pour mériter le qualificatif de "rebelle" il faut obligatoirement être Syrien. La logique l’exige. Il est de même abusif d’utiliser l’expression "l’opposition syrienne" pour la même raison.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet