www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Glass-Steagall

Le Parti Vert américain appelle au retour de la Loi Glass-Steagall

La rédaction
456 visites
PNG - 37.3 ko

Dans un communiqué de presse national du 19 août, le Parti Vert des Etats-Unis se prononce pour la restauration des protections garanties par la Loi Glass-Steagall, en estimant que la proposition de loi défendue depuis le 11 juillet par les sénateurs Elizabeth Warren et John McCain n’est « qu’une première étape ».

Dans ce communiqué, la co-directrice du parti Starlene Rankin déclare :

L’abrogation de la Loi Glass-Steagall en 1999, signée par le président Clinton, s’inscrivait dans une tendance à la dérégulation du secteur financier qui mit fin à 50 années de stabilité économique relative. Au cours du début des années 1980, sous le président Reagan, la dérégulation du secteur des banques de dépôt et de crédit a déclenché la première crise majeure. La direction des deux partis politiques en place a continué à promouvoir la dérégulation, avec des renflouements plutôt que des peines d’emprisonnement pour les firmes qui ont participé à des pratiques de prêt prédatrices et à des activités de trading frauduleuses.

Julia Willebrand, candidate du Parti vert au poste de Contrôleur général de la Ville de New York et membre active du Groupe de travail pour un système bancaire alternatif de mouvement Occupy Wall Street, a ajouté :

L’abrogation [de Glass-Steagall] a permis aux banques de s’étendre dans les activités d’investissement, conduisant à une concurrence accrue et à des pratiques casse-cou et souvent délictuelles pour générer d’énormes profits à court-terme – avec une responsabilité minimale indépendamment de si les Démocrates ou les Républicains sont au pouvoir. Les grosses banques n’ont rien appris de leurs erreurs. Elles poussent déjà pour l’adoption de garanties pour le renflouement par le contribuable [le bailout : le Parti Vert est manifestement ici en retard sur les réalités du bail-in mis en place aux Etats-Unis et en Europe, ndlr] de leurs activités de trading à haut risque dans les produits dérivés.

Notant que l’abrogation de Glass-Steagall « a enlevé le coupe-feu entre les activités commerciales et d’investissement, permettant aux banques de transformer des prêts risqués en titres négociables », le communiqué décrit la pyramide des prêts toxiques qui en a résulté.

Malheureusement, ne comprenant pas la puissance du principe de Glass-Steagall dans toute sa dimension (crédit public, grands travaux, etc.), le communiqué inclut une liste de mesures à taille humaine considérées par le Parti Vert comme nécessaires à la mise en place d’une « économie stable », c’est-à-dire une économie en phase avec son idéologie de « non-croissance ».

Mais cette prise de position est un nouveau signe de la fièvre pro-Glass-Steagall qui s’empare des Etats-Unis.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet