Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité

Les BRICS pour un système financier plus juste et une résolution pacifique des conflits en Iran et en Syrie

La rédaction
visites
1307
commentaire

Le 2 avril 2012 (Nouvelle Solidarité) – Dans un communiqué final publié à l’issue d’une réunion du BRICS à New Delhi, les chefs d’Etat de la Chine, la Russie, l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud ont dénoncé la politique des banques centrales des pays avancés comme élément responsable d’une aggravation de la crise économique mondiale : « Ces liquidités excessives découlant de politiques agressives de la part des banques centrales pour stabiliser leurs économies domestiques engendrent une volatilité excessive dans les flux de capitaux et les prix des matières premières. » Ils ont ajouté qu’il est « primordial que les pays avancés adoptent des politiques macroéconomiques et financières responsables ».

Dans une autre critique à l’égard des pays avancés, les chefs d’Etat ont aussi affirmé que le « concept d’économie verte doit être compris dans le cadre plus large d’un développement durable et de l’éradication de la pauvreté, et doit être vu comme un moyen pour mettre en œuvre ces priorités fondamentales et primordiales, et non pas comme une fin en soi ».

Ils ont également appelé à la mise en place d’une « architecture internationale plus représentative, et l’établissement et l’amélioration d’un système monétaire international juste pouvant répondre aux intérêts de tous les pays, et soutenir le développement des pays émergents et en voie de développement ».

Une autre question discutée lors de ce sommet a trait à la création d’une banque conjointe de développement pour le financement de projets d’infrastructure. Le communiqué indique que « des instructions seront données aux ministres des Finances des pays respectifs afin qu’ils examinent la faisabilité et la viabilité d’une telle initiative, établissent un groupe de travail conjoint pour étudier la question et remettent un rapport d’ici le prochain sommet ».

La magazine russe Expert rapporte que l’idée a été soumise par l’Inde, et que cette banque serait exclusivement financée par les cinq nations membres du BRICS, plusieurs d’entre elles disposant de réserves de change et d’or importantes. La banque mettra l’emphase sur le développement de l’infrastructure et de l’industrie. Les cinq pays on déjà mis en place un mécanisme d’extension de crédit entre eux, en signant un Accord cadre pour l’extension des moyens de crédit à partir des devises des pays membres.

Le BRICS pourrait devenir un élément clé du système de gouvernement global, a dit Medvedev, et devrait constituer un nouveau modèle de relations au-delà de tous les clichés établis et au dessus des « ponts » et « intermédiaires ». La Présidente brésilienne Rousseff a averti que la crise économique « ne sera pas vaincue par de simple mesures d’austérité, de consolidation fiscal, et de dépréciation de la force de travail, sans parler des politiques d’assouplissement quantitatif qui ont déclenché ce qui ne peut être décrit que comme un tsunami monétaire ».

Les chefs d’Etat ont également averti qu’on ne peut laisser la situation en Iran se dégrader jusqu’au conflit, car ceci ne serait dans l’intérêt de personne : « L’Iran est un acteur crucial pour le développement pacifique et la prospérité d’une région revêtant une grand importance au point de vue économique et politique, et nous nous attendons à ce qu’il puisse jouer son rôle comme membre responsable de la communauté mondiale. Nous sommes préoccupés par la situation se développant autour de la question nucléaire iranienne. Nous reconnaissons à l’Iran le droit d’utiliser l’énergie nucléaire à des fins pacifiques, en accord avec ses obligations internationales. »

Pour la Syrie, ils ont exprimé « leur profonde inquiétude au sujet de la situation actuelle », et appelé à l’usage de moyens pacifiques pour résoudre la crise, tout en accordant leur soutien à l’initiative de Kofi Annan.

Voir le commentaire

  • petite souris • 02/04/2012 - 23:55

    ah !
    Très intéressant en effet !
    Ben alors !
    Il n’y a pas que Jacques qui le dit ?

    Messieurs les journalistezinterviewers qui faitesemblant de tout si bien savoir devant Jacques Cheminade ..., je ne vous entends pas ... le silence de la réflexion bien sûr !!!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide