www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >UE/BCE/Euro

Comment Chypre peut sortir de la zone euro

La rédaction
517 visites | 3 commentaires

L’économiste et journaliste américain Robert Kuttner de l’Institut de politique économique de Washington, qui a appelé il y a quelque temps au rétablissement de la loi Glass-Steagall (séparation stricte entre banques commerciales et banques d’affaires à haut risque) et à l’interdiction des produits dérivés, a suggéré aux nations souffrantes de l’Europe de revenir à leur monnaie nationale et d’imposer des contrôles de capitaux. « Il est temps pour les pays en périphérie de la zone euro – Grèce, Espagne, Portugal, Irlande et maintenant Chypre – de se retirer », écrit-il dans l’American Prospect. « Qu’arriverait-il si un ou plusieurs pays revenaient à leur propres monnaies ? Les élites financières partout dans le monde affirment que ce serait catastrophique, mais pour les nations plus petites, la catastrophe, c’est maintenant. »

Kuttner leur conseille d’agir en bloc. Des mesures strictes seraient alors nécessaires : « Il faudrait bloquer les comptes, imposer des contrôles sur les marchés des changes et les flux de capitaux, et faire cessation de paiement sur une partie ou la totalité des dettes étrangères, qui seraient alors reconverties en devises nationales. »

Le prix Nobel d’économie Paul Krugman de l’Université de Princeton a également conseillé à Chypre qu’elle ferait mieux de sortir de la zone euro, même s’il estime à tort qu’un seul pays peut s’en sortir seul dans le contexte économique actuel, par une simple dévaluation compétitive pour accroître les exportations : « Chypre devrait quitter l’euro – maintenant », a-t-il déclaré à un journaliste de Common Dreams. « Sortir de l’euro et laisser nettement tomber sa monnaie accélérerait grandement la reconstruction... même si nous parlons de niveaux d’austérités semblables à ceux de la Grèce ou pires encore pour une économie avant tout basée sur les banques offshore. »

Jacques Cheminade a pour sa part proposé dans une interview au quotidien grec Hellada le 27 mars une sortie simultanée de TOUS les pays de la zone euro, pas seulement ceux qui sont actuellement souffrants, suivie de l’adoption d’un nouveau système de crédit public au niveau de chaque nation mais concerté à l’échelle de toute l’Europe, pour une politique de développement économique commune axée sur la recherche scientifique et l’infrastructure.

Pour les grands projets en questions pour l’Europe et la Méditerranée, voir ici.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir les 3 commentaires

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet