Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Sergeï Glaziev : l’Union économique eurasiatique n’aspire pas à devenir un Empire comme l’UE

La rédaction
visites
7885
JPEG - 165.5 ko

L’économiste russe Sergueï Glaziev est en contact avec l’économiste américain Lyndon LaRouche depuis plusieurs années. Il est aujourd’hui conseiller du Président russe pour l’Intégration économique régionale.

Voici quelques extraits de son article article "Qui a le plus à gagner ? Les facteurs économiques et politiques de l’intégration régionale", publié le 27 décembre 2013 en anglais sur le site de Russia in Global Affairs .

Par Sergeï Glaziev, le 27 décembre 2013.

L’étrange situation dans laquelle se trouve l’Ukraine dans son choix de vecteur d’intégration économique nous amène à réfléchir sur la combinaison optimale des facteurs politiques et économiques pour l’intégration régionale.

Ce qui rend cette situation étrange est le fait que le chemin vers l’intégration européenne, que Kiev se voit pressé d’emprunter, est économiquement erroné.

Une analyse d’experts économiques ukrainiens et russes de premier plan montre qu’une zone de libre-échange UE-Ukraine compliquera inévitablement la tâche de l’Ukraine pour se développer, ou même pour maintenir des relations économiques avec l’Union douanière [Russie, Biélorussie, Kazakhstan, ndlr] dans tous les grands secteurs. Ceci aura pour résultat, avant tout, de restreindre la coopération dans la recherche et le développement dans les domaines de l’aéronautique, des centrales électriques, de la production d’équipement pour l’industrie spatiale, de l’industrie nucléaire et de la construction navale.

Une entente pour une zone de libre-échange UE-Ukraine, qui forcera naturellement les pays membres de l’Espace économique commun [la Russie et ses principaux partenaires, ndlr] à prendre des mesures pour protéger leur marché, aura également un impact sur d’autres secteurs vulnérables de l’économie ukrainienne, telle la production d’aliments, la fabrication de matériel de transport et autres équipements et l’agriculture. La part de l’Ukraine dans les importations russes de denrées alimentaires devrait plonger d’un tiers. Un accroissement du déficit de la balance commerciale, ainsi qu’une capacité amoindrie à emprunter auprès d’autres pays, pourraient conduire l’Ukraine au défaut de paiement et menacer les promesses [d’aide financière, ndlr] qu’aurait faites l’UE à son nouvel associé.

Des promesses vides

Pour rassurer le public ukrainien, les émissaires politiques européens n’hésitent pas à mentir effrontément. Le Commissaire européen à l’élargissement et à la politique de voisinage Stefan Füle raconte des fables selon lesquelles une zone de libre-échange UE-Ukraine garantirait un taux de croissance annuel de 6 % du PIB ukrainien (déclaration faite lors d’une table ronde de discussion au Parlement ukrainien le 11 octobre 2013).

Or, toutes les estimations, incluant celles des analystes européens, font part d’un ralentissement inévitable dans la production de biens ukrainiens dans les premières années suivant la signature de l’Accord d’association, puisqu’ils sont condamnés à une perte de compétitivité par rapport aux produits européens. Le ministre suédois des Affaires étrangères Carl Bildt, dans une déclaration faite lors du 10e forum d’échange de Yalta du 20 septembre 2013, a été encore plus effronté : il a prétendu qu’une adhésion de l’Ukraine à l’Union douanière provoquerait un effondrement de 40 % de son PIB, et a promis une croissance de 12 % du PIB si l’Ukraine signait l’Accord d’association. (…)

Une analyse non biaisée révèle des motivations purement politiques derrière le Partenariat oriental de l’UE, dont l’objectif est de bloquer les possibilités pour les républiques de l’ancienne Union soviétique de participer à l’intégration économique eurasiatique avec la Russie. L’essence anti-russe de cette politique est clairement visible dans les efforts soutenus des politiciens et services secrets des pays membres de l’OTAN, pour interférer dans les affaires intérieures des États nouvellement indépendants, fomenter une propagande anti-russe et favoriser des forces politiques anti-russes. Toutes les révolutions de « couleur » inspirées par l’Occident dans l’espace post-soviétique ont pour racine une russophobie frénétique et visent à empêcher l’intégration avec la Russie. Les pertes économiques et les calamités sociales résultant de telles politiques en Géorgie, au Kirghizstan, en Ukraine et en Moldavie n’ont pour eux aucune importance.

L’isolement des anciennes républiques par rapport à la Russie ne peut qu’empirer leur situation économique, en raison de la rupture des relations économiques et la perte de marchés établis. Pour forcer des décisions économiques aussi iniques, la politique du Partenariat oriental cherche à dépouiller les partenaires orientaux de leur souveraineté en matière de commerce extérieur. Des projets d’accord d’association avec l’UE engagent les pays candidats à se plier sans discussion aux directives sur la politique commerciale, la régulation technique et tarifaire, les normes sanitaires, les contrôles vétérinaires et phytosanitaires, les subsides et les marchés publics. Les pays associés à l’UE n’ont aucun droit de participer dans la définition ou l’adoption de ces règles ; ils doivent y obéir sans condition. Ils doivent également s’engager à participer dans la résolution de conflits régionaux sous les conseils de l’UE.

En d’autres termes, les anciennes républiques soviétiques qui signent un accord d’association se voient assignées un rôle de colonie, et doivent se plier à la juridiction européenne en matière commerciale et à sa réglementation économique.

Par exemple, dans toutes ses sections, le projet d’Accord d’association oblige l’Ukraine à entreprendre toute une série de mesures. La thèse principale est formulée dans l’article 124 de l’Accord : « L’Ukraine devra s’assurer que ses lois existantes et futures seront rendues graduellement compatibles avec les acquis européens. » Pour dissiper tous les doutes sur le vecteur de l’intégration, l’article 56 stipule clairement que « l’Ukraine s’abstiendra d’amender sa législation horizontale et sectorielle listée dans l’annexe III de cet Accord, sauf s’il s’agit d’aligner cette législation progressivement avec les acquis de l’UE correspondants, et de maintenir un tel alignement. »

(…)

Une structure supra-nationale spéciale – un Conseil d’association – aura pour tâche de suivre les engagements d’un membre associé. Ses décisions sont obligatoires pour les parties participantes.

Les bénéfices économiques ne sont pas pris en compte dans la discussion conduisant à cette décision politique. L’UE a ignoré les tentatives timorées du cabinet ukrainien d’évoquer la question de l’investissement pour moderniser l’industrie du pays, afin de l’adapter aux normes techniques européennes et aux exigences environnementales. Selon les calculs d’experts ukrainiens de l’Institut de l’économie et de la prévention de l’Académie nationale des sciences, l’Ukraine devra consacrer au moins 130 milliards d’euros à cette tâche, qu’une UE frappée par la crise ne peut mettre à sa disposition.

Des résultats déplorables

La décision politique des anciennes républiques socialistes d’Europe de l’Est et de la Baltique de se joindre à l’UE s’est avérée économiquement erronée. Après avoir obtenu l’adhésion à l’UE, ces pays ont perdu près de la moitié de leur production industrielle et une partie considérable de leur production agricole. Ils ont aussi subi une dépréciation de leur capital humain, avec une fuite massive des cerveaux et une émigration des plus jeunes. Ils ont perdu le contrôle de leur système bancaire et de leurs principales entreprises, qui ont été fusionnées avec les sociétés européennes.

Leur niveau de vie est aujourd’hui plus bas que celui dont ils jouissaient avant d’adhérer à l’UE, et l’écart entre eux et les pays les plus avancés de l’UE ne diminue pas. Après l’élargissement, l’UE s’est trouvée elle-même dans une crise économique profonde et prolongée. L’élargissement a de toute évidence empiré la situation dans les pays du sud de l’Europe, puisqu’ils doivent concurrencer les nouveaux arrivants pour obtenir des ressources [budget de l’UE, ndlr] limitées.

Grèce : Comme résultat des réformes exigées par l’UE, la production de coton a plongé de moitié, et les quotas de production dans l’agriculture ont durement frappé l’industrie vinicole. La célèbre industrie navale grecque a pratiquement cessé d’exister : les armateurs grecs ont acheté 770 navires à l’étranger depuis que le pays a rejoint l’Union européenne. Des experts sur place ont pointé du doigt l’alignement sur les exigences européennes comme facteur préalable à la catastrophe financière du pays.

Hongrie : Elle a pratiquement liquidé sa production des bus et autocars Ikarus, très populaires, produits à 14 000 exemplaires annuels au cours des meilleurs années.

Pologne : A fermé 90 % de ses compagnies minières (charbon), provoquant le licenciement de plus de 300 000 personnes, après avoir joint l’UE en 2004. 75 % des mineurs polonais ont perdu leur emploi. L’industrie navale polonaise se trouve dans une crise profonde. Les gigantesques chantiers navals de Gdansk, qui construisaient le plus grand nombre de navires dans le monde au cours des années 1960 et 1970, sont aujourd’hui divisés en deux sociétés qui végètent. Des douzaines de chantiers plus petits ont dû être fermés et leur personnel a quitté pour l’Europe de l’Ouest. La dette extérieure de la Pologne était de 99 milliards de dollars lorsqu’elle a rejoint l’UE ; au début de 2013 elle atteignait 360 milliards de dollars.

Lettonie : A perdu ses industries électroniques et automobiles.

Lituanie : Son cheptel a été réduit de 75 %, et ses résidents ont arrêté d’entretenir des vaches suite à l’introduction des quotas laitiers. A la demande de l’UE, la Lituanie a fermé sa centrale nucléaire d’Ignalina, s’obligeant par la même occasion à importer de l’électricité (et est à la recherche d’un milliards d’euros pour démanteler la centrale).

Estonie : Son cheptel a été amputé de 80 %, et son agriculture réorientée dans la production de biocarburants. Le secteur de la machine-outil et l’usine Volta à Tallinn, qui produisait de l’équipement pour la production d’énergie, ont été fermés. A la demande de l’UE, l’Estonie a amputé sa production d’énergie des deux-tiers, passant de 19 à 7 milliards de kWh.

L’adhésion à l’UE a frappé l’industrie de la pêche dans les pays Baltes, à cause des quotas et des prétendues « normes de solidarité » dans l’usage des ressources aquatiques européennes.

En 2007, la Commission européenne a sanctionné la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie pour leur tentative de constituer des réserves de nourriture afin de faire baisser les prix.

L’association d’autres pays avec l’UE peut difficilement être vue comme réussie.

Même en Turquie, qui a retiré des bénéfices considérables de son union douanière avec l’UE, la population est majoritairement opposée à une intégration plus poussée dans l’UE. Comme l’a fait remarquer le Premier ministre adjoint Bulenc Arinc dans un discours le 17 octobre 2013, l’intérêt des turcs pour l’adhésion à l’UE a plongé, passant de 75 % de la population il y a 5 ans à 20 % aujourd’hui.

Les motifs sous-jacents

Il est difficile de trouver une logique derrière des projets économiques aussi déficients que le Partenariat oriental, à la lumière des problèmes se multipliant au sein de l’UE. Si l’élargissement rapide de l’UE après le démantèlement de l’URSS pouvait être attribué à la peur d’une renaissance de l’empire socialiste, les tentatives vaines actuelles d’isoler les anciennes républiques soviétiques de la Russie semblent entièrement irrationnelles. Chercher à empêcher à tout prix la réanimation de cet espace économique autrefois unifié, qui avait été construit sur plusieurs siècles, relève d’une pensée géopolitique obsolète mais résurgente.

(…)

Bien sûr, tout processus d’intégration est politiquement motivé puisqu’il requiert des accords internationaux. Mais une prévalence des motivations politiques sur les économiques peut provoquer des pertes majeures et des conflits pouvant ébranler la stabilité des associations d’intégration. A l’opposée, un cadre politique pour des associations économiquement avantageuses garantit un effet stable et naturel de développement accéléré et une compétitivité améliorée pour les pays participants.

Lorsque la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) a été mis en place après la guerre, sous la pression des entreprises européennes, et ensuite le Marché commun, tous les participants ont pu en tirer des bienfaits tangibles. Ceci a permis à la confiance de s’installer entre les parties, avec un effet de synergie qui les a stimulées à aller de l’avant dans l’intégration vers une union économique. La politisation de l’intégration européenne après le démantèlement de l’Union soviétique a créé des déséquilibres dans les échanges économiques régionaux, qui ont conduit à des conflits ouverts entre les pays affectés et la bureaucratie européenne.

Jusqu’à récemment, cette dernière est sortie victorieuse de ces conflits, imposant des gouvernement technocratiques aux pays frappés par la crise, pour une gouvernance extérieure. Mais les coûts de l’intégration augmentent, et la stabilité de l’UE va en diminuant, et les tensions sociales sont en croissance ainsi qu’une résistance interne à l’intégration.

Alors que la « phase économique » de l’intégration bénéficiait à tous en raison de l’effet de synergie qui excédait de loin les pertes des marchés individuels des participants, une intégration politiquement motivée a causé des pertes appréciables pour des pays et groupes sociaux entiers. Parmi les perdants, l’Italie, l’Espagne, le Portugal et la Grèce, qui avaient été présentes dès les débuts de l’intégration européenne, ainsi que des groupes sociaux structuraux comme les petites et moyennes entreprises, les fonctionnaires de l’Etat, les personnels soignants, les enseignants, les étudiants et les jeunes spécialistes.

La bureaucratie européenne, une force politique nouvelle avec des intérêts et un pouvoir qui lui sont propres, est derrière la tendance émergente de l’UE à politiser l’intégration en cours. A l’heure actuelle, elle comprend quelque 50 000 responsables et des centaines de politiciens poursuivant leur carrière dans l’intégration. Leur politique est largement définie par les sociétés trans-européennes et américaines dominant le marché européen.

Là où des vieux Etats-membres verraient des désavantages à un élargissement rapide de l’UE pour leurs intérêts nationaux, les grandes sociétés peuvent bénéficier pleinement d’une « digestion » des économies des nouveaux membres. Les sociétés transnationales ont dérivé une grande partie de leurs profits de l’absorption de sociétés rivales en Europe de l’Est, coupant dans les coûts de la main d’œuvre et les dépenses de protection de l’environnement, et en élargissant leurs marchés pour leur production. Ceci explique l’influence grandissante de la bureaucratie européenne, qui défend les intérêts des sociétés transnationales dans des conflits avec la population locale et les affaires nationales.

Pas d’Etat supranational, pas de monnaie unique

Contrairement à l’intégration européenne où l’UE cherche constamment à construire son Etat supranational avec tous les attributs et branches du pouvoir, les dirigeants de la Russie, de la Biélorussie et du Kazakhstan se sont mis d’accord pour limiter le processus d’intégration eurasiatique au commerce et aux questions économiques. L’intégration eurasienne ne vise pas à établir une monnaie unique, à former un parlement supranational ou à introduire un régime de passeport ou de visa unique. Les chefs des nouveaux Etats indépendants ont fait preuve de sagesse en évitant de politiser le processus d’intégration.

L’avantage économique est le facteur dominant de l’intégration eurasienne, garantissant la stabilité de l’Union économique eurasienne émergente. Cette approche exclut un rôle politique indépendant pour un corps supranational. Ses fonctions devront se limiter à la coordination des décisions avec les gouvernements nationaux. Un tel organe supranational doit être transparent, compact, et doit être subordonné aux Etats qui l’ont mis en place. Le respect mutuel pour la souveraineté nationale est ce qui rend le processus d’intégration différent de tous les modèles précédents, incluant les modèles européen, soviétique et impériaux.

(…)

L’idéologie chancelante sous-tendant l’intégration euro-atlantique survivra difficilement à l’élargissement au-delà des frontières actuelles de l’UE et de l’accord de libre-échange présentement planifié avec les Amériques. De plus en plus de conflits se lèvent aux frontières de l’OTAN, impliquant des outils de pouvoir « doux » et « durs », alors que des pays toujours plus nombreux sont entraînés de force dans l’intégration euro-atlantique. Cette politique néo-impériale n’a aucun avenir pour le 21e siècle. Les tentatives de l’imposer entraînent des pertes économiques exponentielles qui ont déjà engendré une zone de calamité sociale étendue tout autour de la méditerranée, le berceau de la civilisation européenne.

Impliquer des anciennes républiques soviétiques dans le processus dans le seul but de les isoler de la Russie créera une zone de conflit en Europe de l’Est, avec encore plus de pertes économiques et de coûts sociaux.

Contactez-nous !