Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Les gouvernements français et allemand se prononcent ensemble contre Glass-Steagall

visites
896

Suite aux recommandations présentées dans le rapport du groupe européen d’experts présidé par Liikanen, la Commission européenne a pris l’initiative, en juin 2013, d’organiser une consultation publique.

Solidarité & Progrès y a participé et notre proposition de loi pour une séparation bancaire stricte, selon les principes du Glass-Steagall Act de 1933, a été postée sur le site de la Commission parmi les réponses.

D’après l’ONG Finance Watch, les 538 réponses, provenant en majorité de simples citoyens, démontrent « clairement que les citoyens européens souhaitent une séparation stricte des activités bancaires ».

Parmi ceux qui s’y opposent, on trouve essentiellement des banques et ceux qui travaillent pour elles, c’est-à-dire les gouvernements français et allemand qui, pour l’occasion, se sont offert une « réponse commune franco-allemande » !

On y retrouve le best-off de tous les sophismes brassés par les banques françaises sous le label de Bercy, permettant de maintenir leurs activités spéculatives :

« (…) le modèle européen bien établi de la banque universelle ne doit pas être fragilisé. (…) Il est crucial de s’assurer qu’aucune activité utile au financement de l’économie ne doive être séparée. La séparation obligatoire d’une grande partie des activités de marché de capitaux, notamment de la tenue de marché [activité très spéculative, nda] qui est un complément naturel de l’activité de souscription de titres, pourrait s’avérer néfaste au financement de l’économie et au fonctionnement des marchés financiers en raison d’une réduction de la liquidité. (…) Une interdiction (…) pourrait conduire à des conséquences imprévues et indésirables », notamment « en favorisant la croissance de ces activités vers le système bancaire parallèle ».

En clair, on répète les dogmes et les menaces formulés par les banques à l’encontre des gouvernements : « Si vous osez nous couper en deux, on déménage nos activités vers les planques qu’on a prévues à cet effet dans nos paradis fiscaux ! »

Pour les combattre, un simple conseil : ne jamais céder au chantage !

Contactez-nous !