Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Les relations diplomatiques se tendent entre l’Allemagne et les Etats-Unis

La rédaction
visites
896
JPEG - 63 ko

Les tensions diplomatiques entre les Etats-Unis et l’Allemagne consécutives aux actes d’espionnage de la NSA ont éclaté au grand jour hier lorsque le gouvernement allemand a exigé le départ du chef des services secrets américains, stationné à l’Ambassade des Etats-Unis à Berlin. Un porte-parole du gouvernement d’Angela Merkel, Steffen Seibert, a déclaré :

Il a été demandé au représentant pour les services de renseignement américains à l’Ambassade des Etats-Unis de quitter l’Allemagne. La requête a été faite dans le contexte de l’enquête actuellement conduite par le parquet fédéral et suite aux questions qui ont pu avoir été posées depuis des mois à propos des activités des services de renseignement américains en Allemagne.

Cet affrontement, abondamment couverte par la presse allemande et internationale, a eu lieu après qu’un nouveau cas d’espionnage présumé se soit ajouté, mercredi le 9 juillet, aux frictions déjà ressenties entre les deux pays. Bien qu’il n’ait pas été précisé officiellement pour quel pays travaillait ce dernier individu, plusieurs quotidiens ont rapporté qu’il s’agissait d’une personne travaillant au ministère de la Défense, soupçonnée d’avoir agi pour le compte de Washington. Quelques jours plus tôt, le 4 juillet, un agent du BND avait été arrêté pour avoir transmis à la CIA des documents concernant les travaux de la Commission d’enquête du Bundestag sur... les actes d’espionnage de la NSA.

L’affaire du 9 juillet a été révélée alors qu’une délégation parlementaire du Bundestag se trouvait aux États-Unis pour s’entretenir avec des membres du Congrès et de l’exécutif sur des questions liées à la sécurité. Un député de Die Linke, Stefan Liebich (Linke), a déclaré être choqué par la nonchalance du gouvernement américain face aux dommages que peuvent causer de telles affaires aux relations germano-américaines.

L’ambassadeur américain John Emerson s’est rendu au siège du ministère des Affaires étrangères pour la seconde fois en une seule semaine, où on lui a remis une plainte officielle ainsi qu’une demande d’explications.

Pour ce qui concerne la demande de départ du chef des services secrets américains en Allemagne, il s’agit d’un pas en deçà d’une expulsion en bonne et due forme, sans précédent dans l’histoire récente des relations entre les deux pays. Le porte-parole de la Commission d’enquête du Bundestag Clemens Binninger a expliqué que le responsable américain en question s’était montré « totalement non coopératif » tout au long de l’enquête, qui dure depuis un an, sur les actes d’espionnage de la NSA en Allemagne.

Le Spiegel-online a décrit la situation comme « rien de moins qu’un tremblement de terre », et comme une mesure « qui jusqu’à jeudi aurait été prise seulement contre des états voyous comme la Corée du Nord et l’Iran ».

La décision a été prise au cours d’une conversation téléphonique jeudi matin entre le ministre de l’Intérieur Thomas de Maizière, le ministre des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier et le chef de cabinet d’Angela Merkel, Peter Altmeier. Les trois ministres ont fait part de leur déception concernant les réactions américaines et ont été unanimes pour dire que l’Allemagne ne pouvait pas en rester là.

Le quotidien ajoute que bien le directeur de la CIA, John Brennan, et l’ambassadeur américain John Emerson aient été en contact avec des responsables du gouvernement allemand à Berlin, aucun effort concret n’a été fait pour expliquer les actes d’espionnage et surtout « il n’y a eu aucune excuse de la part de Washington ».

Les États-Unis de Barack Obama commencent décidément à se trouver bien isolés. A quand la destitution ?

Contactez-nous !