Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Les services secrets israéliens doutent du rôle du Hamas dans la mort des trois adolescents

La rédaction
visites
1218
JPEG - 51.4 ko
Ruines de Gaza
Crédit : lelivre.mondoblog.org

L’événement qui a déclenché la guerre du Premier ministre israélien ultra-droitier « Bibi » Netanyahou contre l’Autorité palestinienne de Gaza peut s’avérer être une fraude comme celle des prétendues « armes de destruction de masse » ayant servi à justifier l’invasion de l’Irak et le renversement illégal de Saddam Hussein en 2003.

L’événement en question est l’enlèvement, en juin, de trois adolescents israéliens en Cisjordanie et la découverte de leurs corps quelques semaines plus tard. Peu après que les corps eurent été découverts, Netanyahou s’est précipité pour déclarer, sans aucune preuve, que le Hamas était responsable de leur mort, et initier une action punitive qui a conduit au déclenchement le 6 juillet de l’opération actuelle.

Selon Sheera Frenkel, correspondante au Moyen-Orient pour le compte de BuzzFeed, ni le renseignement israélien ni la police ne croient que le Hamas a commandité les trois meurtres. Un responsable du renseignement israélien qui a travaillé en Cisjordanie et qui est étroitement associé à l’enquête a confié à Frankel qu’il a l’impression que l’enlèvement des trois jeunes a été utilisé par les politiques pour promouvoir leur propre dessein :

L’annonce [que le Hamas était responsable] était prématurée. S’il y avait eu un ordre de la part de n’importe quel responsable du Hamas à Gaza ou à l’étranger, ceci aurait été un cas d’enquête facile. Nous aurions eu ce type de renseignement. Mais il n’y a aucune donnée, et il faut par conséquent conclure que ces hommes ont agi de leur propre chef.

Ce responsable a de plus confié à Frenkel qu’il était préoccupé de voir comment les événements sur le terrain sont biaisés par les politiques. La popularité du Hamas augmente en Cisjordanie, et Netanyahou s’est retrouvé sous la pression de l’aile droite pour faire quelque chose à ce sujet. Le Hamas en Cisjordanie est fragmenté, il y a beaucoup de factions – est-ce que ces hommes auraient pu rompre avec le Hamas et se constituer comme une faction séparée ? Cela est possible. Mais ce n’est pas le scénario le plus probable, ni celui que nous privilégions, a-t-il conclu.

L’ancien chef du Shin Beth (service de sécurité israélienne) Yuval Diskin a déclaré au quotidien allemand Der Spiegel dans un entretien le 24 juillet que « cela a commencé avec l’enlèvement de trois adolescents israéliens en Cisjordanie. D’après ce que j’ai lu et ce que je sais concernant la manière d’opérer du Hamas, je pense que le bureau politique du Hamas a été pris par surprise. On a l’impression que cela n’a pas été coordonné avec eux ni ordonné par eux. »

Rappelons pour terminer que Henry Siegman, ancien président de l’American Jewish Congress et actuel dirigeant du U.S./Middle East Project, a publié le 22 juillet dans Politico une attaque cinglante contre « Bibi » Netanyahou et sa politique meurtrière à Gaza. L’invasion de la Bande de Gaza « n’a pas été déclenchée par le tir de roquettes du Hamas contre Israël, mais par la détermination d’Israël de renverser le gouvernement d’unité palestinien formé au début juin, même si ce gouvernement s’appliquait à honorer toutes les conditions imposées par la communauté internationale pour la reconnaissance de sa légitimité. »

Netanyahou, écrit Siegman, a rejeté toutes les propositions avancées par John Kerry lors des négociations de paix, car « lui et son gouvernement se sont lancés dans un effort frénétique pour éliminer les Palestiniens en tant qu’entité politique » et leur nier toute forme de souveraineté, c’est-à-dire « l’élément principal définissant l’auto-détermination et un Etat ».

Contactez-nous !