Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Le marché du lait en Europe court de nouveau à la catastrophe

visites
1111
JPEG - 86.8 ko
La Chancelière fédérale Angela Merkel, le Président français François Hollande, le Commissaire européen à l’Agriculture Phil Hogan : les dirigeants en Europe pataugent dans le lait et risquent de boire la tasse lors du prochain tsunami blanc.
Crédit : Photo News

En manifestant hier à Bruxelles devant les bureaux de la Commission européenne, les producteurs européens de lait font sonner une fois de plus le tocsin.

Ils nous rappellent que si depuis la grande dépression les pays avancés ont réussi à nourrir leurs populations, c’est que les dirigeants de l’époque (Franklin Roosevelt, De Gaulle, etc.) avaient bien conscience qu’on ne peut livrer en toute confiance la nourriture aux marchés, c’est-à-dire aux grandes banques.

C’est notamment pour cela que fut créé en 1936 l’Office du blé et ensuite les différentes composantes de la Politique agricole commune (PAC).

Seule une concertation entre producteurs, industriels, consommateurs et États, permet d’organiser la production en fonction des besoins réels et de fixer un prix qui soit assez bas pour les consommateurs tout en étant suffisamment élevé pour que producteurs et distributeurs puissent vivre de leur travail.

Avec la disparition du système des quotas laitier en 2015 et le détricotage final de la PAC, nos producteurs seront ruinés et nos estomacs seront livrés aux spéculateurs. C’est inacceptable !

JPEG - 70.8 ko
Manifestation des producteurs de lait à Bruxelles.
Crédit : Agora Erasmus

Si des mesures ne sont pas prises rapidement,
les producteurs de lait européens sombreront !

Communiqué de l’European Milk Board

Des producteurs de lait venus des quatre coins de l’Europe s’étaient rassemblés à Bruxelles afin d‘avertir les élus politiques d’une nouvelle catastrophe imminente sur le marché du lait européen. « Si des mesures ne sont pas prises rapidement, les producteurs de lait européens sombreront », prévient Romuald Schaber, président de l’EMB. « Aujourd’hui, nous voulons envoyer un message et appeler au dialogue.

JPEG - 54.7 ko
Le producteur de lait Erwin Shöpges, administrateur belge de l’EMB.
Crédit : Agora Erasmus

Si la Commission devait ne pas accéder à nos revendications, nous organiserons à nouveau, dans les prochains mois, de vastes et spectaculaires manifestations », ajoute Erwin Schöpges, administrateur belge de l’EMB.

Depuis des mois déjà, les prix du lait dévissent partout en Europe. Dans de nombreux pays, notamment en Belgique, en France et aux Pays-Bas, le prix du kilo de lait passera, au début de l’année prochaine, largement sous la barre des 30 centimes. « La situation ne cesse de se dégrader. De nombreux producteurs éprouvent les plus grandes difficultés à payer leurs factures et s’inquiètent de ne plus être en mesure de payer le fourrage de leurs bêtes », indique Romuald Schaber. Les Etats baltes connaissent actuellement les conditions les plus difficiles. A titre d’exemple, les agriculteurs lituaniens ne perçoivent plus que 18 à 20 centimes. En Lettonie, le prix du lait avoisine actuellement 22 à 24 centimes.

L’Europe patauge dans le lait

La raison de la présente dégradation est la même partout en Europe : « La situation est dramatique. Actuellement, nous sommes véritablement inondés par les excédents laitiers puisqu‘en Union européenne, en 2014, la production a dépassé de 7,5 millions de tonnes les volumes recensés l’année précédente », affirme le président de l’EMB qui poursuit en affirmant que l’expansion idéologiquement conditionnée des quotas laitiers au-delà de la demande réelle du marché débouche déjà aujourd’hui, alors que nous n’en sommes encore qu’à la veille de l’abolition complète des quotas au 31 mars 2015, sur une pression excessive sur les prix. « L’offre dépasse clairement la demande. Sans l’effet modérateur qu’exercent les quotas dans les grands pays producteurs comme l’Allemagne et la Hollande, la situation serait actuellement encore plus grave », explique Romuald Schaber.

Une crise aussi grave que celle de 2009 est imminente.

Précédemment, les prix en UE s’étaient effondrés pour ne plus atteindre que 18 centimes. Par ailleurs, l’embargo sur les importations de lait européen décrété, depuis le début du mois d’août, par la Russie est venu corser la situation. Lorsque le dernier système de limitation, à savoir les quotas laitiers, tombera l’année prochaine, la chute des prix risque de se poursuivre et la survie de nombreuses exploitations sera menacée, selon Romuald Schaber.

Pour un programme de responsabilisation face au marché

Entre temps, le monde politique est aux abonnés absents. « Les élus savent que les instruments de gestion de crise existants tels que l’intervention et la constitution de stocks privés sont largement insuffisants », souligne le président de l’EMB. L’obtention de subventions indiffère les producteurs de lait, qui revendiquent avec insistance la mise en œuvre du programme de responsabilisation face au marché (PRM) développé par l’EMB. Ce programme prévoit des mesures efficaces incitant les agriculteurs à adapter leur volume de production au marché. Et lorsque la demande repartira à la hausse, la production normale pourra reprendre.

« En l’absence d’un instrument de gestion de crise complémentaire tel que le PRM, les producteurs de lait européens ainsi que de nombreuses régions rurales courent à la catastrophe », prévient Romuald Schaber. « Les dirigeants européens ne peuvent plus se voiler la face. »

Contactez-nous !