Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Destituer Obama permettrait d’arrêter la précipitation vers une guerre mondiale

La rédaction
visites
748

Dans une entrevue avec le Comité d’action politique de Lyndon LaRouche (LPAC), le professeur de droit constitutionnel à l’Université de l’Illinois Francis Boyle a précisé le 21 février qu’il suffirait d’un seul membre du Congrès pour initier une procédure de destitution contre le président Barack Obama.

Soulignant que les Républicains contrôlent la Chambre des représentants et qu’« ils peuvent destituer Obama dès demain, s’ils le souhaitent », le professeur Boyle a élaboré :

Je pense que tout ce dont nous avons besoin est un membre courageux du Congrès – probablement un Républicain – qui voudrait déposer une proposition de loi de destitution dès que possible dans la Chambre et lancer le mouvement. Je pense qu’il y a beaucoup de soutien pour cela, une fois que la procédure a été lancée.

Le professeur Boyle possède une certaine expérience en la matière, ayant été le conseiller du député démocrate Henry Gonzales (Texas) lorsque celui-ci avait déposé une résolution pour la destitution du président va-t-en guerre George H.W. Bush.

Nous n’avons besoin que d’un seul député et « celui-ci peut même le faire oralement ». Il a souligné qu’il existe une procédure spéciale par laquelle un membre de la Chambre peut se lever et lire sur le champ, depuis la salle, les Articles de destitution si c’est ce qu’il souhaite faire.

En effet, comme on l’explique dans le chapitre 4, volume 3 des Précédents de la Chambre des représentants de Deschler, si un membre soulève une question liée au Privilège constitutionnel, celui-ci doit soumettre une résolution appelant directement à la destitution et non pas à une enquête. Une telle question prioritaire prend le dessus sur toutes les autres questions et le député introduisant la résolution a droit à une heure de temps de parole.

Le professeur Boyle ajoute qu’étant donné l’urgence de la situation, la Chambre pourrait destituer Obama directement et envoyer la question de suite au Sénat pour un procès (de destitution) sans même tenir des auditions. Il a suggéré trois sujets qui pourraient sans l’ombre d’un doute constituer les chefs d’accusation, sans qu’il n’y ait besoin d’une audience préliminaire. Ces trois sujets sont :

  1. la guerre anticonstitutionnelle et illégale d’Obama contre la Libye, sans autorisation du Congrès.
  2. le meurtre de citoyens américains par Obama (l’usage des drones), en violation du Cinquième amendement à la Constitution, et la menace d’assassinats supplémentaires.
  3. les menaces de guerre d’Obama contre la Syrie.

Ces questions sont très clairement définies par la Constitution, a expliqué le professeur, et étant donné le danger de guerre nucléaire mondiale découlant de la situation en Ukraine et en Syrie, il a suggéré qu’une telle initiative soit prise très au plus vite.

Contactez-nous !