www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Grands projets

Pr Mohamed Ali Ibrahim : comment le FMI tente de saboter le projet de nouveau canal de Suez

La rédaction
872 visites
JPEG - 34.2 ko

Voici la transcription de l’intervention du Pr Mohamed Ali Ibrahim, doyen de l’Institut de transport et de logistique, président de l’Académie des sciences et de technologies de la Ligue arabe, Port Saïd, Égypte, à la conférence internationale de l’Institut Schiller des 13 et 14 juin 2015 à Paris.

En raison d’un problème de santé, les remarques du Pr. Ibrahim ont été présentées par Mme Raghda Ibrahim, sa fille et son assistante.

Le sujet portait sur la réaction du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale face à des méga-projets comme le Nouveau canal de Suez. Ce projet comprend le canal lui-même, ainsi que la zone de développement économique qui lui est associée.

Le projet consiste à accroître la longueur et la largeur du canal, afin que les navires puissent y circuler dans les deux sens en même temps, portant sa capacité quotidienne à 97 navires, contre 49 à l’heure actuelle. Le temps d’attente se trouve par conséquent réduit. Six nouveaux tunnels passeront sous le nouveau canal, avec des routes et chemins de fer, pour relier les nouvelles villes qui seront construites de part et d’autre du canal. Les futurs revenus annuels du canal sont estimés à 13 milliards de dollars, contre des dépenses de moins de 10 milliards de dollars pour sa mise en chantier.

Dans les aires dédiées à la logistique autour de Port Saïd, Ismaïlia et Suez, il y aura un développement de l’industrie, de l’agriculture, des communications et du tourisme, ce qui permettra de réduire le chômage, de réduire le déficit budgétaire et d’élever les niveaux de vie.

La plupart des pays en voie de développement doivent maintenir l’équilibre budgétaire et par conséquent trouver les ressources en externe pour solder leurs déficits commerciaux, une chose difficile à accomplir étant donnée la faiblesse de leurs propres systèmes de production et de leurs stratégies de marketing, et les tendances protectionnistes des pays développés, sans compter la difficulté à obtenir des prêts à des conditions favorables.

La Banque mondiale et le FMI ont des analyses tronqués et par conséquent faussées des réalités auxquelles sont confrontés les pays en voie de développement. Leurs programmes de conditionnalités exigent la réduction des dépenses publiques, la dévaluation des monnaies, la vente d’actifs nationaux dans le cadre d’opérations de privatisation et de vente de swaps pour l’échange de créances contre des actifs.

Considérant que la BM et le FMI sont des institutions travaillant uniquement pour le compte des créanciers internationaux, l’Égypte a choisi de lever les fonds nécessaires à la construction du nouveau canal auprès de sa propre population. L’opération a été une réussite.

Le Pr. Ibrahim a cependant appelé la Banque mondiale à financer, directement et indirectement, la prochaine phase du projet, qui consiste à développer la zone d’activité logistique attenante au nouveau canal de Suez.

Au cours de la discussion, Karel Vereycken, de l’Institut Schiller, a proposé de contourner la Banque mondiale, et appelé à une politique qui soit en phase avec celle des nouvelles institutions financières mises en place par les BRICS.

Vers les autres messages et discours de la conférence.

Cet article est hébergé sur un autre site.
  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Page spéciale
Institut Schiller : La France donne la parole aux BRICS

Les 13 et 14 juin, d’éminents représentants de trois des cinq pays composant les BRICS et des pays qui leur sont associés, étaient les hôtes à Paris d’une conférence internationale exceptionnelle de l’Institut Schiller.

En savoir plus
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet