www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Guerre

Mourir pour Kiev ?

La rédaction
1075 visites | 1 commentaire

La menace d’une guerre en Europe, potentiellement mondiale et pouvant conduire à une escalade nucléaire, n’est pas venue renforcer le courage de nos hommes politiques ! Outre notre chef de l’Etat qui a emboîté le pas à Barack Obama, annulant la participation française aux préparatifs du G8 de Sotchi avant même que la Grande-Bretagne ne prenne position, beaucoup d’autres ont préféré la soumission à la défense d’une politique étrangère indépendante de celle des Etats-Unis.

Deux exceptions notables à la règle que nous saluons et citons ici : celle du député UMP Jacques Myard, un vrai gaulliste dans ses positions de politique étrangère, et celle de Jean-Luc Mélenchon, chef du Parti de Gauche.

Dans un communiqué intitulé « Ukraine : on se calme ! », Jacques Myard, membre de la commission des Affaires Etrangères, rappelle les vérités suivantes :

En droit international et conformément à la Charte des Nations unies, aucun Etat n’a le droit d’intervenir dans les affaires intérieures d’un pays indépendant, et encore moins avec la force militaire, sauf (1) décision du Conseil de sécurité, (2) en cas de légitime défense individuelle et collective (article 51 de la Charte ), et (3) en cas d’intervention humanitaire qui doit être proportionnée et limitée (Kolwezi : 13 mai 1978).

Ces principes, la France elle-même a failli les oublier dans l’affaire syrienne, alors qu’elle est membre permanent du Conseil de sécurité !

Cela étant, dans l’affaire ukrainienne une intervention militaire russe est certainement contraire au droit international pour autant que l’on fasse abstraction des réalités géostratégiques et du fort poids de l’histoire entre Kiev et Moscou, l’imbrication des deux peuples est totale.

Dans ces conditions l’attitude de certaines personnes de l’Union européenne est plus que problématique, voir Catherine Ashton en compagnie de Oleh Tyahnybok du parti ukrainien Svoboda qui se définit comme antisémite, dont l’emblème est la "Rune du loup" nazie et qui dénonce la mafia judéo-moscovite laisse pantois !

Dans le même registre, laisser entendre que l’Ukraine puisse entrer dans l’UE et même dans l’OTAN est proprement inadmissible et irresponsable !

On le sait, l’enjeu de la Crimée est pour Moscou non négociable, toute proportion gardée cette situation est comparable au contrôle du canal de Panama pour Washington.

Alors inutile de crier au scandale et de vouer aux gémonies Vladimir Poutine, cessons l’activisme pro-ukrainien qui ne peut mener qu’à une impasse. A ce titre posons-nous une question, que veut Berlin ?

Ouvrons les yeux, notre influence est limitée et sachons l’utiliser avec lucidité en prenant en compte les équilibres géostratégiques qui prévaudront en tout état de cause !

Boycotter le G8 ne fera que pousser la Russie à radicaliser sa position, mieux vaut travailler à mettre sur pied une solution juridique pour la Crimée qui peut être la complète autonomie dans une fédération, voire l’indépendance !

N’oublions pas que son rattachement à l’Ukraine ne résulte que d’une décision administrative de N. Khrouchtchev dans le cadre de l’URSS en 1954.

Le réalisme se doit de l’emporter. Personne ne mourra pour Kiev !

Quant à Jean-Luc Mélenchon, il souligne l’attitude « prévisible » des Russes, face aux néonazis poussés par les États-Unis en Ukraine :

« Les ports de Crimée sont vitaux pour la sécurité de la Russie, il est absolument prévisible que les Russes ne se laisseront pas faire, ils sont en train de prendre des mesures de protection contre un pouvoir putschiste aventurier, dans lequel les néonazis ont une influence tout à fait détestable », a-t-il déclaré.

« Nous Français, n’avons rien à faire dans une histoire pareille, nous n’avons rien à faire à encourager les provocations contre les Russes, cela dit sans sympathie pour le gouvernement russe. La nation russe ne peut admettre que les nord-américains et l’Otan s’installent à leurs portes ».

« L’Otan et les nord-américains se livrent depuis des mois à une provocation face à la Russie" en s’appuyant sur « la corruption et la brutalité » du pouvoir alors en place en Ukraine, a estimé Jean-Luc Mélenchon. Selon lui, « à la faveur du mécontentement légitime des Ukrainiens, se sont infiltrés des gens stipendiés par les nord-américains, parmi les plus méprisables et dangereux, en particulier le parti prétendument Svoboda qui est en réalité un parti national-socialiste qui multiplie les provocations anti-russes. »

Pour des perspectives à moyen et à long terme voir le communiqué sur la question de Jacques Cheminade, où il pose les jalons d’une feuille de route pour un dialogue Europe-Russie : Arrêter tout de suite la machine infernale en Ukraine

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir le commentaire

Vos commentaires

  • Le 3 mars 2014 à 14:00
    par petite souris

    s’il y a escalade nucléaire, elle se fera sans aucun envoi de missile à tête nucléaire !
    en effet, il y a 15 usines nucléaires en Ukraine et un gazoduc
    la catastrophe se fera de l’intérieur du pays .............

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet