www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Guerre

Naissance de la Coordination pour la souveraineté de la Syrie

La rédaction
818 visites | 2 commentaires
JPEG - 13 ko

Un certain nombre de mouvements, dont Solidarité & Progrès, viennent de donner naissance à la « Coordination pour la souveraineté de la Syrie et contre l’ingérence étrangère ».

Notre pays est engagé aujourd’hui, aux côtés des Etats-Unis et de l’Empire britannique, dans une entreprise de destruction de la Syrie, une civilisation millénaire qui autrefois a été notre allié et sous notre protection.

Agissant sous le masque d’un faux Printemps arabe, nos dirigeants sont complices du déploiement par les principaux pays de l’OTAN et leurs alliés saoudiens et qataris, de plus d’une douzaine de milliers de djihadistes très bien armés, dont l’objectif est de remplacer le régime de Bachar al-Assad, par des régimes fanatiques d’un Islam dévoyé.

Pourquoi, alors qu’on s’inquiète à juste titre de la progression de ces nouveaux barbares au Mali et en Afrique, on livre la Syrie à leurs pillages et destructions ? Parce qu’on n’a pas le caractère de claquer la porte à une alliance devenue, encore plus que par le passé, un système d’Empire ?

L’objectif de cette Coordination est d’informer et de provoquer l’indignation de nos concitoyens contre ces politiques qui nous déshonorent.

Agissons pour que nos protestations puissent aider nos dirigeants politiques à retrouver leur courage et leur volonté de rétablir une France souveraine.

Coordination pour la souveraineté de la Syrie et contre l’ingérence étrangère

Paris, lundi 5 janvier 2013

Depuis près de deux ans, la Syrie souveraine est l’objet d’une agression extérieure. Cette guerre pour le contrôle du pétrole et du gaz ainsi que pour des objectifs géopolitiques, est initiée par l’impérialisme, les gouvernements des États-Unis et Israël avec leurs auxiliaires occidentaux, alliés aux forces les plus rétrogrades de l’Islam, takfiriste et wahhabiste, s’appuyant sur les factions dominantes des États esclavagistes du Qatar et de l’Arabie saoudite. Ceux-ci financent et soutiennent les mercenaires terroristes qu’ils introduisent notamment depuis la Turquie et par dizaines de milliers en Syrie, pour semer mort et désolation.

Dans cette coalition qui entend susciter une guerre civile de nature interconfessionnelle, la France officielle joue un rôle particulièrement belliciste, symbolisé par les déclarations provocatrices de Laurent Fabius, Ministre des affaires étrangères de notre pays.

Dans le contexte contradictoire du « Printemps arabe » dont les aspirations légitimes ont été dévoyées par la manipulation occidentale, un mouvement populaire est apparu en Syrie développant des revendications pour plus de libertés démocratiques et dénonçant même l’essor de l’influence néolibérale du FMI qui entravait toujours plus, le progrès économique et social. Les revendications démocratiques ont été depuis largement acceptées sous l’impulsion du Président Assad, y compris l’abolition de l’état d’urgence.

Très vite ce mouvement pacifique a été supplanté par la violence armée au service de l’étranger. La crise est essentiellement devenue militaire. Elle a été prise en main par les pays de l’OTAN, du Qatar et de l’Arabie saoudite qui ont financé des mercenaires qui ont massivement entrepris d’envahir la Syrie. L’intervention étrangère présente dès le début de la crise en est devenu l’élément dominant.

L’ingérence étrangère systématique crée un risque d’extension et de généralisation régionale du conflit pouvant conduire à une guerre contre l’Iran, et une généralisation du conflit avec la Russie et la Chine visées à travers l’aventure syrienne.

Cette politique est en contradiction fondamentale avec la stratégie équilibrée que représentait la politique arabe de la France conçue par le Général de Gaulle. Les dirigeants occidentaux, dont ceux de France, fournissent des aides multiples aux mercenaires étrangers, notamment des armes qui tombent nécessairement aux mains des forces d’Al Qaïda .

Elle est en outre contraire à tous les usages diplomatiques qui veulent qu’on ne prononce pas de jugement irrévocable sur une situation et qu’on respecte les positions des autres puissances même si on ne les partage pas. Les déclarations bassement injurieuses sur les dirigeants syriens et russes sont indignes et entachent le renom de la France dans le monde.

Une solution négociée de la crise paraît aujourd’hui possible grâce à la médiation russe et aux pressions de certaines forces réalistes étasuniennes. Dans ce cas, notre diplomatie se sera mise d’elle-même même dans une impasse qui l’empêchera de peser sur le règlement.

Au lieu de prendre part, avec ou sans réticences, à des aventures qui peuvent conduire au pire, une France digne de ses valeurs républicaines devrait donner l’exemple d’une politique de détente, d’entente et de coopération et fournir à toute l’Asie du Sud-Ouest les moyens d’une paix par le développement mutuel, qui constitue l’alternative à la guerre de tous contre tous.

Les Français sont l’objet d’une politique de désinformation systématique, massive et généralisée afin de neutraliser leurs réactions et faciliter les manœuvres bellicistes du gouvernement. La conséquence de cette véritable guerre idéologique relayée de façon contre nature, par des forces politiques et syndicales inattendues, se traduit par un développement insuffisant de la solidarité militante envers l’État –nation et le peuple de la Syrie souveraine.

La question de savoir qui gouverne en Syrie revient au peuple syrien et à lui seul.
Résidant en France, nous n’avons pas à prendre parti sur les questions intérieures à la société syrienne, mais nous nous opposons fondamentalement aux interventions extérieures.

C’est pourquoi un groupe d’associations et de militants venus d’horizons divers ont pris l’initiative de créer une structure liaison et de coordination républicaine pour la solidarité avec la Syrie souveraine qui prend le nom de : Coordination pour la souveraineté de la Syrie et contre l’ingérence étrangère. Cette Coordination soutient le droit inaliénable du peuple syrien à donner lui-même une solution nationale et souveraine à la crise.

L’objectif de cette coordination est de promouvoir des initiatives diverses dans cette perspective.


Premières signataires :

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir les 2 commentaires

Vos commentaires

  • Le 14 janvier 2013 à 20:43
    par Eric

    Si la France était une démocratie et non un gouvernement faussement représentatif, la France n’aurait certainement pas aidé les islamistes à renverser le régime de Bachar el-Assad car les Français auraient massivement rejeté cette proposition criminelle. Il serait temps que Solidarité et Progrès promeuve clairement la démocratie et cesse de cautionner tièdement le gouvernement faussement représentatif. Je vous rappelle que le sens étymologique du terme "démocratie" est "souveraineté du peuple" et non "souveraineté des membres des partis politiques". Vous avez utilisé l’expression "France souveraine". La France ne peut être souveraine que si le peuple français est souverain. Dans un pays démocratique il n’y a pas de partis politiques.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier 2013 à 19:22
    par petite souris

    Bravo !
    Cela est une résistance constructive
    et
    dans la continuité de ce que faisait Marie-Madeleine Fourcade !!!
    ........
    La destruction de Bagdad et de l’Irak est l’exemple à ne pas suivre
    encore Bravo !!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet