Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Nigel Farage dénonce l’OTANisation de l’UE

La rédaction
visites
498

Lors d’un débat public cette semaine, l’eurodéputé populiste du Parti pour l’Indépendance du Royaume uni (UKIP), Nigel Farage, a vertement dénoncé la dérive impériale de l’Union européenne, qu’il a accusée de construire un édifice qui « met la paix en danger ».

En réponse à une question sur la politique étrangère de l’UE, Farage a averti que cette dernière « est en train de devenir une union politique avec une politique étrangère expansionniste visant à militariser l’UE le plus vite possible ». Il a dénoncé la responsable européenne aux Affaires étrangères Kathy Ashton, qui « milite avec ferveur pour une force aérienne européenne et une flotte de drones ».

Sur la crise ukrainienne, il a accusé son opposant, le vice-Premier ministre anglais Nick Clegg, ainsi que le Premier ministre David Cameron et le chef du Parti travailliste Ed Miliband d’avoir dit aux Ukrainiens : « Pourquoi ne vous joignez-vous pas à l’Union européenne, et pendant qui vous y êtes, à l’Otan ? », un comportement qui a été perçu par le « Président Poutine comme un acte de provocation ». Après avoir souligné qu’un « dirigeant démocratiquement élu » avait été renversé avec le soutien de l’UE, il a conclu qu’il ne voulait pas faire partie d’une « Union européenne expansionniste », « qui sera un danger pour la paix ».

Farage a enfin demandé que l’on mette fin à l’interventionnisme militaire britannique, faisant remarquer à Clegg que la politique guerrière de son gouvernement en Syrie avait été stoppée de justesse par un vote du Parlement britannique.

Contactez-nous !