www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

Nouvelle Solidarité N°6/2013 : Grand marché transatlantique, le vrai danger

981 visites

C’est fou à quel point un « petit journal », sur 12 pages et sans publicité, peut être intéressant !

• EDITORIAL DE JACQUES CHEMINADE : Tabous (p. 1)

JPEG - 814.9 ko

• PARTENARIAT DE LIBRE ECHANGE ETATS-UNIS/EUROPE (TTIP), LE VRAI DANGER. Le 12 février, lors de son discours sur l’état de l’Union, le président américain Barack Obama a annoncé qu’il « lancerait avec l’Union européenne des discussions sur un accord de partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement (Transatlantic Trade and Investment Partnership – TTIP). Car un commerce libre et équitable entre les deux rives de l’Atlantique est bénéfique pour des millions d’emplois américains bien rémunérés. » Dès janvier de cette année, le Premier ministre David Cameron avait claironné que le Royaume-Uni ferait tout pour marquer de son sceau l’année 2013, en arrachant un accord commercial entre les Etats-Unis et l’UE, dont l’entrée en vigueur est prévue pour 2015. Comme toujours, c’est bien à coup de libre-échange que l’Empire financier compte imposer sa gouvernance au monde. (p. 5)

• NOS ACTIVITES : Myret Zaki, du magazine suisse Bilan s’est entretenue avec Jacques Cheminade : comment en finir avec une économie de bulles ? Karel Vereycken sera de nouveau candidat Solidarité & Progrès dans la législative partielle organisé fin mai dans 1ere circonscription des Français de l’étranger. Déclaration de candidature et premières réactions dans la presse. (p. 3)

• ET ON A LA GAUCHE… COMME EN 1956. Déclaration de Jacques Cheminade. Se plaignant de la politique du gouvernement, une femme déclare aujourd’hui sur France Info : « Et on a la gauche ! » Hélas, si le gouvernement ne se ressaisit pas, on pourrait ajouter « comme en 1956 », lorsqu’elle s’autodétruisait faute de courage politique et incapable de prendre la mesure de la situation historique. (p. 6)

• SYRIE : NON A LA LEVEE DE L’EMBARGO SUR LES ARMES AUX DJIHADISTES, par Christine Bierre. Depuis leur arrivée au pouvoir, François Hollande et son ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, semblaient préférer les déclarations fracassantes, à l’égard du régime syrien, à une augmentation franche et massive de l’aide militaire et financière à la « rébellion » contre le régime de Bachar el-Assad. L’Institut du monde arabe (L’IMA) pris en otage par ceux qui mènent la guerre contre la Syrie. Dimanche 24 février, l’Institut du monde arabe organisait une « Journée de solidarité avec le peuple syrien ». (p. 6)

• LA FRANCE MENACEE DANS SON UNITE :
— Super Grand Lyon : un bon élève français piqué au jeu de l’excellence européenne, par Clémence Flusin. A la surprise générale, le 4 décembre dernier, Gérard Collomb (maire de Lyon) et Michel Mercier (ancien président du Conseil général du Rhône) annonçaient la création d’ici 2015 d’une entité territoriale nouvelle : l’euro-métropole lyonnaise ;
—  Solve et coagula , nouvelle devise de l’UE, par Karel Vereycken. La devise des alchimistes solve et coagula (dissout et coagule) est aussi la recette politique pratiquée par l’oligarchie depuis des siècles pour soumettre des adversaires puissants à son Empire. C’est l’arrière-plan de ce qui se prépare dans les semaines à venir en France au nom de la réforme territoriale ;
— Un ordre westphalien contre la destruction des peuples et des États, par Cédric Goujeon et Johanna Clerc. A entendre les défenseurs du Traité transatlantique, il s’agit de s’adapter à l’ère du temps dictée par la loi des marchés. Faut-il alors former un bloc occidental contre les puissances asiatiques émergentes, ou bien tomber dans un repli national, fuite impuissante face à un problème bien réel ? Aucune de ces postures politiques ne répond à la vraie question : comment des peuples différents aux aspirations diverses peuvent-il cohabiter et se développer sur une même planète, sans prendre le chemin d’une guerre ou d’une dictature mondiales ? (p. 4)

• EMPRUNTS TOXIQUES : Dexia obligé de lâcher du lest sur les taux usuraires. Le 8 février, le Tribunal de grande instance (TGI) de Nanterre a rendu un verdict alambiqué dans le procès opposant la banque franco-belge Dexia au Conseil général du département le plus pauvre de France, la Seine-Saint-Denis (93), plombée par des « emprunts toxiques » dont les taux d’intérêts explosent. (p. 2)

• CANAL SEINE-NORD EUROPE. Le gouvernement s’incline devant le boycott des banques, par Karel Vereycken. En renonçant à une réforme bancaire ambitieuse et une réforme de notre système de crédit, aux mains de banques prédatrices, le gouvernement se livre à un exercice de masochisme. Restant disposé, d’un côté, à venir au secours de banques dont les bilans restent truffés de créances douteuses et toxiques (Dexia, Crédit agricole, BNP-Paribas, etc.), il doit subir simultanément l’emballement d’une bulle financière spéculative qui détourne les liquidités de tout investissement dans l’économie réelle. (p. 2)

• DOSSIER : CRÉDIT PRODUCTIF PUBLIC. De Hamilton à LaRouche, une proposition de loi pour rétablir le crédit productif public, par Michael Kirsch. Nous présentons ici le préambule à la proposition de loi que font circuler aux États-Unis, sous forme d’une brochure de 25 pages, nos amis du Comité d’action politique de l’économiste américain Lyndon LaRouche (LPAC), visant à créer les conditions dans lesquelles le système actuel de la Réserve fédérale (géré par les banques privées) pourra être remplacé par une troisième Banque des États-Unis, inspirée des conceptions économiques d’Alexander Hamilton, premier secrétaire au Trésor des États-Unis. (p. 7 à 10)

• ART & SCIENCE AU PEUPLE : Curiosity à la recherche de la vie sur Mars, par Benoit Chalifoux. Selon les dernières analyses envoyées par Curiosity et étudiées par les scientifiques, des conditions favorables au développement de la vie ont pu exister par le passé sur la surface de la planète rouge. ExoMars : ça y est, c’est signé ! L’ESA et l’agence spatiale russe Roscosmos ont signé le 14 mars un accord formalisant leur volonté de concrétiser ensemble le programme ExoMars, prévoyant l’envoi de deux missions en 2016 et 2018. La recherche de vie passée sur Mars constituera l’un des principaux objectifs de ces missions, qui seront dotées d’instruments permettant d’approfondir les investigations. (p. 11)

• L’ETAT VEUT RUINER JACQUES CHEMINADE ET SOLIDARITE & PROGRES. SOYEZ 20000 DONATEURS POUR LA CONTRE-ATTAQUE ! Le ministère de l’Intérieur vient de saisir le remboursement présidentiel de Jacques Cheminade.

Cette saisie porte atteinte à l’égalité républicaine et à la pluralité démocratique. Lors de l’élection présidentielle de 1995, le compte de campagne de Jacques Cheminade a été invalidé par le Conseil constitutionnel présidé par Roland Dumas. Depuis, l’Etat lui réclame le remboursement des 150 000 euros qu’il lui avait avancés pour sa campagne, plus 20 000 euros d’intérêts, soit 170 000 euros. A l’époque, le Conseil constitutionnel a jugé irréguliers les prêts de particuliers reçus par sa campagne, au motif qu’ils étaient sans intérêts. Un jugement sans fondement : le code civil lui-même définit le prêt par l’intention de rembourser et pas du tout par la présence d’intérêt ! Le responsable de cet artifice, Roland Dumas, a reconnu depuis qu’il avait fait valider la même année les comptes de Balladur et de Chirac alors que ceux-ci étaient, eux, véritablement irréguliers !

Lors de la procédure, Jacques Cheminade ne fut pas autorisé à se défendre lors d’une audience et n’avait aucune possibilité de faire appel du jugement du Conseil constitutionnel. Deux droits fondamentaux que garantit pourtant la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Aujourd’hui, il conteste la légalité de la procédure avec une Question prioritaire de constitutionnalité (QPC) actuellement en jugement. Mais l’Etat n’a pas attendu le verdict et vient de saisir le remboursement de sa campagne de 2012 : sur les 250 000 euros de remboursement validé par la Commission de contrôle, le ministère de l’Intérieur, sur instruction de l’administration fiscale, a prélevé 170 000 euros.

La saisie de cet argent, qui devait permettre de rembourser les prêts que son parti avait consentis à sa campagne, est une véritable sanction politique et financière contre Jacques Cheminade et met en péril Solidarité & Progrès, le mouvement politique qu’il a fondé. A travers le remboursement des frais de campagne, c’est l’égalité républicaine et la pluralité démocratique qui sont en jeu.

REAGISSEZ IMMEDIATEMENT : En faisant un don à Solidarité & Progrès, en signant la pétition sur change.org et en mobilisant vos réseaux pour faire pareil. Les banques veulent le faire taire. Grâce à vos dons, il pourra parler ! (p. 12)

Abonnez-vous !

Nouvelle Solidarité est entièrement conçu et produit par des militants et des bénévoles.

A vous de le faire exister :

  1. en vous abonnant,
  2. en adhérant (en ligne) à Solidarité et Progrès
  3. en mensualisant vos dons.
  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Le choix de l'auteur
Autres articles
Plus d'articles

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet