Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire Flash : 2 décembre - Henri de Castries : après Sarko et Hollande, son candidat c’est Fillon ! Lire
Accueil Actualité

Obama assassin, dégage !

La rédaction
visites
1217
JPEG - 48.5 ko

Sous le titre « Obama peut et doit être écarté de la présidence cette semaine », nos alliés du Comité d’action politique de Lyndon LaRouche (LPAC) font le point sur la rafale de scandales qui peuvent conduire Obama en prison, ou du moins, à sa chute :

Soudainement l’histoire présente une occasion unique pour déloger Obama de son poste de Président. Et Hillary Clinton, dont le témoignage devant le Congrès américain sur l’affaire de Benghazi est attendu cette semaine, pourrait également accélérer le processus.

Au cours du week-end du 17-18 octobre, Obama a subi quatre attaques dévastatrices pour les crimes qu’il a commis durant son mandat.

  1. La plus violente sont les détails révélés par les « Drone papers » [1], des documents rendus publics par un lanceur d’alerte montrant que le Président Obama, dès le début de son mandat, dirigeait personnellement un programme global d’assassinats ciblés par drones.
    JPEG - 35.9 ko

    Ce programme était piloté à partir de la Situation Room (salle de gestion de crises) de la Maison Blanche. Des centaines de personnes, tant en Afghanistan, au Pakistan, au Yémen qu’en Somalie, ont été assassinées dans le cadre de ce programme. On estime que 90 % des victimes n’apparaissent pas sur la liste des cibles présélectionnées par Obama. Pourtant, elles furent immédiatement requalifiées « ennemis combattant » afin de maquiller le crime.

    Aussitôt que les « Drone Papers » furent rendus publics le 15 octobre, Amnesty International a réclamé l’ouverture immédiate d’une enquête parlementaire approfondie.

    Plus sérieusement, Lyndon LaRouche a exigé une fois de plus qu’Obama soit immédiatement démis de ses fonctions – soit à travers une procédure d’impeachment (destitution), soit au titre du 25e amendement de la Constitution – et qu’il soit enfin jugé en cour d’assise pour meurtre de masse.

  2. Le New York Times Magazine du dimanche 18 octobre reprend presque entièrement l’exposé de Seymour Hersh de mai 2015. Il y expose le récit frauduleux de l’assassinat d’Ossama Ben Laden en 2011. Obama, ainsi que John Brennan, alors conseiller en contre-terrorisme à la Maison-Blanche, et d’autres proches d’Obama, ont grossièrement menti sur les circonstances de la mort de Ben Laden afin de booster la réélection d’Obama en 2012, aux dépens de la vérité. Obama et son équipe ont monté un scénario hollywoodien autour du raid à Abbottabod au Pakistan, vantant le travail des enquêteurs de la CIA.

    Et ceci alors qu’en réalité, les informations clé provenaient d’un officier pakistanais qui a mouchardé l’endroit exact où résidait le dirigeant d’Al Qaïda pour empocher la récompense des 25 millions de dollars. De façon révélatrice, la Maison Blanche a caché le rôle des Saoudiens qui ont assuré le financement d’une prison dorée gentiment surveillée par les services de renseignement pakistanais (ISI), et ce, pendant des années. Bien qu’il n’endosse pas complètement la version de Hersh, le New York Times Magazine présente pour la première fois une partie dévastatrice de la vérité.

  3. Médecins sans frontières (MSF), une organisation très respectée dans le monde, a intensifié son attaque contre Obama. L’organisation a publié des détails supplémentaires accusant les États-Unis d’avoir intentionnellement bombardé leur hôpital à Kunduz au Pakistan. MSF affirme également que les États-Unis ont envoyé un véhicule blindé pour tenter de détruire les preuves.

    Une source anonyme du Pentagone a confirmé que MSF à « fait tout ce qu’il fallait faire » pour que l’établissement soit intégré aux listes de lieux à ne pas attaquer ; comme le sont les hôpitaux, les écoles et les mosquées, et ce même si des combattants d’Al-Qaïda ou des Talibans agissent dans leur proximité immédiate. Cette tuerie d’Obama a eu lieu au moment même ou MSF s’est prononcé contre le traité TPP (Trans-Pacific Partnership) car il va priver de médicaments génériques irremplaçables, un demi millions de pauvres de par le monde.

  4. Avant même l’audition d’Hillary Clinton, ABC News a mis sur les ondes un documentaire accusant Obama, Clinton, Victoria Nuland et leur conseiller Ben Rhodes d’avoir menti au peuple américain à propos de l’attaque d’al Qaïda contre la représentation américaine de Benghazi du 11 septembre 2012, où quatre Américains furent tués dont l’ambassadeur Christopher Stevens. ABC News ne fait que confirmer des éléments du compte-rendu présenté au National Press Club en décembre 2012 par Lyndon LaRouche et Jeffrey Steinberg. Ces derniers avaient affirmé qu’Obama et Clinton savaient, alors que l’attaque était en cours, qu’elle était préméditée et menée par le groupe terroriste Ansar al-Sharia, affilié à al Qaïda. Selon ABC News, Nuland, Obama, Clinton et Rhodes, tout comme Susan Rice, sont tous responsables d’avoir concocté la version du « soulèvement de Benghazi », une manifestation supposément spontanée en réponse à un film accusé d’insulter le prophète Mohammed.

    La seconde partie de l’émission d’ABC News est l’entretien avec Peter Hoekstra, ex-président de la commission du renseignement au Congrès. Il accuse Obama d’avoir trahi le dirigeant libyen Kadhafi, devenu un allié majeur dans la guerre contre le terrorisme islamiste, et d’avoir armé et entraîné les même terroristes qui le 11 septembre 2012 menèrent l’attaque meurtrière à Benghazi.

Rien que les « Drone Papers » suffisent pour faire condamner Obama devant les tribunaux. L’accusation va au-delà des graves crimes et méfaits requis pour une procédure de destitution. Le renvoi immédiat d’Obama devient maintenant un test de santé mentale pour le Congrès américain.

La possibilité d’écarter Obama du pouvoir offre en même temps une occasion rêvée pour rétablir un gouvernement américain opérant sur ses vraies bases constitutionnelles. Elles se sont bien érodées en quinze ans de règne de Bush et d’Obama. Rien n’est plus important ni plus pressant.


[1Référence ironique aux célébrés Pentagon Papers qui contribuèrent à la destitution du Président Nixon.

Contactez-nous !