Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité

Obama épinglé pour avoir violé la Constitution des Etats-Unis

La rédaction
visites
992
commentaire

La Cour d’appel fédéral du circuit de Columbia (Washington D.C.), dans un verdict de 47 pages rendu le vendredi 25 janvier, a estimé que le Président Obama a outrepassé la loi sur la séparation des pouvoirs définie par Constitution américaine en nommant, le 4 janvier 2012, sans consultation préalable du Sénat, trois responsables du National Labor Relations Board, une agence indépendante du gouvernement fédéral américain chargée de conduire les élections syndicales et d’enquêter sur les pratiques illégales dans le monde du travail.

Avec ce verdict, la Cour a brutalement rappelé à Obama qu’il doit se conformer à l’article II, section II, clause 2 de la Constitution qui stipule, dans la formulation de la Cour, que « le Président ‘avec le conseil et le consentement du Sénat, nommera des ambassadeurs et d’autres officiels ainsi que les consuls et juges de la Cour suprême, et tous les hauts responsables des Etats-Unis’. »

Si la presse banalise l’évènement en le présentant comme un simple bras de fer avec des Républicains s’opposant à des responsables jugés trop favorables aux droits syndicaux, le verdict sonne en réalité comme un avertissement sévère contre une dérive beaucoup plus vaste de l’Exécutif.

En vérité, le verdict marque un tournant. D’ailleurs, le 7 février prochain, la même Cour doit statuer sur la décision du Département de la Justice d’enterrer l’enquête parlementaire sur le rôle de l’Attorney General (ministre de la Justice) Eric Holder dans le scandale « Fast & Furious », une affaire où les services américains, sous couvert de vouloir remonter les filières, ont livré des armes aux cartels de la drogue au Mexique avant que toute l’opération tourne au fiasco généralisé pour les deux pays.

La décision de la Cour condamne implicitement la décision d’Obama, lors de la guerre en Libye, de partir en guerre sans aval préalable du Congrès comme le stipule la Constitution américaine, une violation justifiée ultérieurement avec véhémence par le sénateur démocrate John Kerry, choisi par Obama II pour succéder à Hillary Clinton comme secrétaire d’Etat.

Voir le commentaire

  • petite souris • 26/01/2013 - 22:11

    premier pas vers sa destitution ....
    c’est plutôt une bonne nouvelle
    c’est curieux : silence des médias français qui pourtant ne parlaient hier que du Mexique !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide