Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité

Obama et les Saoudiens relancent la guerre contre Bachar al-Assad

La rédaction
visites
895
commentaire

Suite à l’échec de la conférence de Genève II sur la Syrie, les plans de guerre se multiplient à nouveau pour renverser le régime de Bachar el-Assad.

Alors que le Président Barack Obama se prépare à se rendre en Arabie Saoudite en mars prochain, les Saoudiens cherchent à donner l’impression qu’ils sont de nouveau en phase avec Washington, afin de faciliter le plaidoyer que prévoit faire le roi Abdullah en faveur d’un changement de régime lors de sa rencontre avec le président américain.

Une tentative de réorganisation de l’opposition en Syrie est également en cours, pour fusionner les combattants islamistes « modérés », selon la terminologie saoudienne, avec l’Armée syrienne libre.

Au cours de la semaine dernière, d’importantes rencontres ont eu lieu pour mettre en place cette stratégie. David Ignatius rapportait le 18 février dans le Washington Post que plusieurs responsables des milieux du renseignement au Moyen-Orient, dont les chefs des services secrets turcs, jordaniens, qataris et d’autres pays alliés de la région, étaient à Washington pour des réunions confidentielles avec la Conseillère à la sécurité nationale Susan Rice, pour discuter de la situation en Syrie.

Le principal visiteur était le Prince Mohammed bin-Nayef, le ministre saoudien de l’Intérieur, qui a maintenant remplacé le Prince Bandar comme chef des opérations spéciales saoudiennes en Syrie. Ce dernier, qui a entretenu et armé les factions les plus extrémistes de la rébellion en Syrie, a perdu une part considérable de son influence au cours des derniers mois. Le Front al-Nousra, étroitement lié à al Qaïda, et l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) seraient désormais écartés des livraisons d’armes à l’intention des rebelles, au profit des forces soi-disant moins radicales. Le Wall Street Journal rapporte que le Prince bin-Nayef est proche du secrétaire d’Etat américain John Kerry et du chef de la CIA John Brennan, qui avait rencontré le Prince la première fois en 1999 lors d’une tournée en tant que directeur du bureau saoudien.

Une autre réunion a eu lieu la semaine dernière à Gaziantep, en Turquie, près de la frontière syrienne, à laquelle ont participé 30 des principaux dirigeants de l’Armée syrienne libre. La réunion, coordonnée avec Washington a conduit à une réorganisation du commandement de l’ASL. Le général Salim Idriss, proche du Qatar selon le Washington Post, a été remplacé par le général al-Bashir, plus proche des Saoudiens, opérant depuis Quneitra dans le sud de la Syrie.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide