Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Obama pris à partie pour son austérité meurtrière

La rédaction
visites
884

Marionette d’intérêts financiers opérant de concert à partir de la City et Wall Street, le Président américain Barack Obama a été vertement dénoncé ces derniers jours pour les mesures d’austérité draconiennes qu’il prévoit inclure dans son budget pour l’année fiscale 2014 (1 oct. 2013 - 30 sept. 2014),

Afin de rassurer les marchés financiers, Obama entend introduire trois nouveaux types de mesures, qui toutes impliquent le sacrifice d’une partie croissante de la population américaine.

Premièrement, Obama entend redéfinir l’indice des prix à la consommation servant de référence aux prestations sociales, en particulier au bénéfice des retraités et des handicapés, et ce même si elles ne représentent plus que 40 % du salaire moyen sur toute leur période d’activité. Obama donne donc enfin satisfaction aux néoconservateurs comme Newt Gingrich et Michael Boskin, qui répètent à l’envi depuis les années 90 que la manière de calculer l’indice des prix à la consommation surestime le taux d’inflation annuel et donc les prestations versées aux retraités américains, et ce même si le régime est largement bénéficiaire.

Ensuite, il entend couper dans les dépenses de santé pour les personnes âgées, puis, autre innovation, s’attaquer aux dépenses de santé des militaires en service et à la retraite.

Tout ceci vient s’ajouter aux coupes dans les traitements contre le cancer qui sont entrées récemment en vigueur et ont causé un très fort mouvement de défiance de la part des patients et des personnels de santé.

Finalement, les prestations pour les chômeurs à long terme, qui ont déjà été tronquées dans le cadre de l’entente de 2012 avec les Républicains, seront à nouveau diminuées.

Dans le camp démocrate, la pilule ne passe vraiment pas. Dalmon Silver, responsable de la principale centrale syndicale américaine, l’AFL-CIO, a lancé une alerte par courriel, qualifiant l’assaut d’Obama sur les retraites de « sans précédent pour un président démocrate ». Silver explique que le budget 2014 « propose de couper dans les prestations de retraite pour les personnes civiles, militaires et handicapées », en introduisant l’« indice de prix chaînés, une manière complètement discréditée de calculer l’accroissement annuel du coût de la vie, qui ne couvre pas du tout les véritables coûts ».

Dans un article publié sur le site progressiste Salon.com, Michael Lind de la New America Foundation écrit que le « président Obama commet une erreur historique à propos des retraites (Social Security) », et le rédacteur économique Robert Kuttner sur le site du Huffington Post dit qu’Obama a choisi le pire moment, en pleine recrudescence du chômage, pour s’attaquer à la Social Security (retraites) et Medicare (santé), qualifiant ses propositions d’« insensées ».

Contactez-nous !