www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Guerre

Obama savait en temps réel qu’une attaque terroriste était en cours à Benghazi

La rédaction
1145 visites | 1 commentaire

Dans une interview le 27 octobre sur Fox-News, deux lieutenant-colonels de l’armée américaine, Tony Schafer et David Hunt, ont déclaré que des extraits vidéo provenant de deux drones survolant les environs du consulat américain « ont été transmis en temps réel à 15 endroits différents, incluant la salle de réunion de crise de la Maison-Blanche. Plusieurs personnes ont été informées en temps réel de la situation » et ont évidemment fait remonter l’information vers le sommet. « Jamais les communications n’ont été meilleures », a-t-il dit, avant d’ajouter : « Je déteste dire ceci mais, selon mes sources, oui, il [le Président] était l’un de ceux présents dans la salle en temps réel regardant les événements. La question devient donc ’’qu’a donc fait ou pas fait le Président alors qu’il voyait la situation se dérouler sous ses yeux ?’’ Seul lui pouvait donner l’ordre au secrétaire à la Défense Panetta de faire quelque chose. »

Le site internet breitbart.com a par la suite divulgué, sur la base de rapports confidentiels qui ont fait l’objet de fuites dans les médias, qu’un avion de combat, probablement un AC-130, survolait la région et que le personnel de sécurité du consulat a appelé à l’aide à plusieurs reprises mais que l’avion n’a jamais répondu.

Une autre bombe politique a été lâchée le 25 octobre par le journaliste Ed Klein, dans une biographie de Barack Obama, The Amateur, qui inclut des informations confidentielles montrant que la secrétaire d’Etat Hillary Clinton avait bel et bien ordonné d’accroître la sécurité du consulat dans la période précédant l’attaque, sur la base de demandes provenant du terrain, mais que le Président en avait empêché l’exécution. Klein a ajouté que Hillary Clinton refuse de rendre publiques les documents à sa disposition par peur de provoquer la défaite d’Obama à l’élection du 6 novembre prochain.

Si les affirmations de Klein concernant l’ordre d’Hillary Clinton d’accroître la sécurité ont été confirmées par d’autres sources proches de la secrétaire d’Etat, l’identité du responsable qui a bloqué l’envoi de renforts militaires pour sauver l’ambassadeur et les autres diplomates reste à confirmer. (Rappelons qu’une escouades de marines a dû violer l’ordre de ne pas intervenir pour tenter de sauver les victimes.)

Obama n’a toujours pas donné de compte-rendu détaillé de son emploi du temps ce jour là, à partir du moment où les nouvelles de l’attaque par 20 individus lourdement armés sur le consulat ont atteint la salle de réunion de crise de la Maison-Blanche, à 16h05, heure de Washington. Aucune mention de manifestation n’a été faite à ce moment là, contrairement aux allégations publiées par la suite par la Maison-Blanche. Obama a toujours refusé de répondre aux questions directes des journalistes sur son emploi du temps.

Des experts du renseignement américain consultés par nos collègues de l’EIR ont déclaré que la raison pour laquelle Obama aurait agit de la sorte semble être le fait que le Président souhaitait à tout prix défendre le mythe selon lequel Al-Qaïda n’existe plus depuis qu’il a lui-même ordonné l’assassinat d’Osama ben Laden le 2 mai 2011, une action dont il s’est vanté à plusieurs reprises par la suite.

Ainsi, non seulement Obama a-t-il continué à étouffer la vérité sur le premier 11 septembre, celui de 2001 [1], mais il a voulu pousser le bouchon trop loin, jusqu’à faire croire qu’il avait « résolu 9/11 » en assassinant ben Laden, causant de ce fait un « 11 septembre version 2 ». Une décision psychotique (à la Néron) qui lui sera probablement fatale, a commenté l’économiste américain Lyndon LaRouche à propos de ces révélations.

Au-delà des partis politiques : sortir le monde de la crise


[1Contrairement à la promesse électorale qu’il avait faite en 2008 aux familles des victimes, Obama a, une fois élu, activement empêché la publication du chapitre de 28 pages du rapport de la Commission d’enquête sur le 11 septembre, documentant le rôle de l’Arabie saoudite dans le financement des attentats.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Page spéciale
Guerre mondiale, il est minuit moins cinq

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Voir le commentaire

Vos commentaires

  • Le 29 octobre 2012 à 23:25
    par petite souris

    Hillary Clinton avait bel et bien ordonné d’accroître la sécurité du consulat dans la période précédant l’attaque, sur la base de demandes provenant du terrain, mais que le Président en avait empêché l’exécution.
    Si je comprends bien Obama a laissé assassiner un diplomate étasunien !
    Il me semble qu’il dit agir toujours et partout dans le monde pour assurer la sécurité des stètes !!!!!!!!!!!!
    C’est la raison invoquée en permanence pour s’ingérer partout.
    Obama est ou bien un criminel ou bien un fou dangereux ..... voire .....

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet