Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

L’offensive iranienne pour la paix se précise

La rédaction
visites
452

Les pourparlers entre l’Iran et le P5+1 (les cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU plus l’Allemagne) ont été lancés avec succès mercredi le 25 septembre. Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a rencontré en privé son homologue Mohammad Javad Zarif jeudi, la première rencontre de haut niveau entre les deux pays depuis 34 ans.

Il a été décidé que les discussions officielles s’ouvriront le 15 octobre prochain à Genève. Le ministre iranien Zarif a exprimé le souhait de voir les pourparlers aboutir sur un accord d’ici un an, tandis que le président Rohani a parlé d’un délai encore plus court lors d’une interview dans la presse américaine.

Ce dernier, de passage à New York pour participer à l’Assemblée générale de l’ONU, a multiplié les rencontres, tant avec les médias qu’avec les groupes de réflexion. Après avoir participé à un petit déjeuner avec la presse mercredi, il s’est entretenu avec David Ignatius du Washington Post, Christiane Amanpour de CNN et Charlie Rose de PBS. Jeudi, le président iranien était l’invité d’un forum organisé par l’influent Council on Foreign Relations et l’Asia Society, rencontre diffusée sur internet.

Rohani a répondu pendant plus d’une heure aux questions, soulignant en particulier que l’élection iranienne a montré que le peuple iranien souhaite mettre fin à l’affrontement en faisant appel à « la modération et à la sagesse ».

L’Iran souhaite également aboutir à une solution sur le plan nucléaire, à condition que soit respecté le droit de l’Iran à l’énergie atomique pacifique et à l’enrichissement. En échange, la communauté internationale aura droit à une plus grande transparence de la part de l’Iran.

Dans ses rencontres avec les dirigeants internationaux à New York, le président Rohani a également constaté une transformation globale du regard porté sur l’Iran. Il espère que ce regard nouveau s’étendra aux discussions entre l’Iran et le P5+1, afin d’aboutir au plus vite à une solution.

Rohani a également répondu à des questions touchant la crise économique frappant actuellement l’Iran, en particulier les problèmes de l’eau et du chômage chez les jeunes. Il a déclaré que l’existence d’extrémistes en Iran avait conduit des gens de mauvaise foi en Occident à présenter l’Iran comme une « menace ». Il a expliqué qu’une ouverture de l’Iran sur le monde, en multipliant les voyages et les échanges entre étudiants, ainsi qu’entre les groupes de réflexion, contribuerait grandement à lever les malentendus des deux côtés.

Sur l’Afghanistan, il a prévenu qu’une tentative de maintenir les troupes américaines au-delà de 2014 fournirait aux Talibans un prétexte pour continuer à guerroyer.

A propos des sanctions, il a insisté dans toutes ses interventions sur le fait que les sanctions unilatérales de la part des Etats-Unis et de l’Union européenne sont contraires au droit international, et ne contribuent à rien d’autre que priver la population iranienne d’un niveau de vie décent, notamment en la privant d’accès aux médicaments et à la nourriture.

Il a également fait part de sa satisfaction de voir que les Etats-Unis et la France sont prêtes à envisager la participation de l’Iran aux prochaines conférences sur la Syrie à Genève, en rappelant toutefois qu’il ne devait pas y avoir de préconditions (comme le départ d’Assad), et qu’il était nécessaire de faire la distinction, avant d’initier les négociations, entre les forces d’opposition en Syrie et les mouvements terroristes armés, souvent originaires de l’extérieur de la Syrie, une réalité qui devrait également inquiéter les nations occidentales.

Contactez-nous !