Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Pendant qu’on ruine l’agriculture européenne : razzia sur les terres agricoles de la planète !

visites
1877

En hiver 2008, quand la société sud-coréenne Daewoo signait un contrat pour la « location » de 1,3 millions d’hectares de terres agricoles à Madagascar en échange de la construction de quelques infrastructures, le monde découvrait une nouvelle pratique financière terrifiante : l’accaparement des terres (en anglais land grabbing).

Un article publié le 21 mai par l’hebdomadaire des financiers de la City de Londres, The Economist, intitulé « La troisième vague des délocalisations : l’achat des terres agricoles » pose innocemment la question : « Les pays riches importateurs de nourriture mettent la main sur de vastes territoires agricoles des pays pauvres. Investissement bénéfique ou néo-colonialisme ? ».

En tout cas, il ne s’agit nullement de terres sauvages mais de terres fertiles souvent disposant d’eau et proche des marchés. « La terre — et l’eau qui va avec – s’impose désormais aux côtés du pétrole comme un instrument de puissance et de sécurité économique », écrit Les Echos.

Les pénuries d’eau ont fourni un motif non-avoués derrière plusieurs accords pour des terres. Peter Brabeck-Lemathe, le PDG de Nestlé estime que « Il ne s’agit pas d’acheter de la terre, mais de posséder de l’eau. Car avec la terre vient le droit d’extraire l’eau qui s’y trouve, un cadeau qui s’avère dans la plupart des pays la partie la plus profitable de l’acquisition ». Pour lui, il s’agit de la grande water grab (accaparement des sources en eau).

Le quotidien économique Les Echos estime qu’il s’agit d’un phénomène massif et global. D’après l’ONG espagnole Grain, entre cinq et dix de ces contrats sont signés chaque jour. Pour la FAO (l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) et l’IIED de Londres (International Institute for Environment and Development), il ne s’agit que du « sommet de l’iceberg ».

« On estime ainsi à 10 millions d’hectares les terres cédées en 2008 et, selon l’International Land Coalition, qui regroupe ONG et agences intergouvernementales, 30 millions d’hectares auraient fait l’objet de négociations au premier semestre 2009, soit l’équivalent de la surface cultivable de la France », écrit le journal.

Parmi ceux qui achètent on retrouve plusieurs pays ayant un intérêt légitime à nourrir une partie de leur population croissante dont la Chine, l’Inde, la Malaisie, la Corée du sud ou encore le Japon. Plusieurs d’entre eux dépendent à plus de 60% d’importations de denrées alimentaires. L’unité de base des contrats est passée à la centaine de milliers d’hectares. Rien qu’au Soudan, la Corée du sud a signé des accords pour 690000 ha et les Emirats arabes unis pour 400000 ha. L’Egypte a signé des accords similaires pour fournir du blé. Un responsable soudanais affirme que son pays, traditionnellement considéré comme le grenier à blé du monde arabe, réserve en gros un cinquième de ses terres arables pour l’étranger.

« Le privé n’est pas en reste. Le secteur alimentaire offre des perspectives insoupçonnées et l’évolution du climat, l’écologie, la crise de l’énergie et les crédits carbone ont mis à la mode les biocarburants, qui exigent de nouveaux et vastes espaces cultivables pour remplacer le pétrole. Les taux de rendement annuels sont élevés (+400% en Afrique…) et la spéculation bat son plein », admet Les Echos.

Sur ce créneau on trouve les grands acteurs traditionnels de l’agroalimentaire tels que le suédois Blach Earth Farming, le russe Alpcot-Agro ou encore le Britannique Lonrho en Angola. La firme sud-africaine Agri SA cultive 10000 ha de biocarburants en République démocratique du Congo. Les poids lourds de la finance ne ratent pas l’occasion d’investir dans ce qu’ils considèrent comme des valeurs refuge. La société new-yorkaise Black Rock Inc vient de créer un énorme fonds spéculatif agricole. Morgan Stanley et Renaissance Capital sont en Ukraine et au Brésil tandis que Deutsche Bank et Goldman Sachs ont investi dans l’élevage… en Chine.

Article :
La crise alimentaire mondiale accélère les "délocalisations agricoles"

Contactez-nous !